Navigation – Plan du site

« Une écriture dont les textes sont interprétés »

Le cas de la sourate VII (al-Aʿrāf)
Jean-Louis Déclais
p. 131-179

Résumés

En proposant une traduction de la sourate al-Aʿrāf (VII), l’auteur cherche à mettre au jour la cohérence du texte. Il s’appuie sur un premier indice : en deux endroits, le texte apporte une « interprétation » (tafṣīl) d’une Écriture déjà connue, ce qui rappelle les procédés midrashiques qui tirent du texte des conclusions pratiques (halakha) ou doctrinales (haggada). D’autre part, l’énumération de quatre Messagers de Dieu culmine dans un long texte sur l’envoi de Moïse à Pharaon d’abord, aux Israélites ensuite ; s’inscrivant dans la continuité de la doctrine de la « substitution » développée dans certains cercles chrétiens (l’Église est le véritable peuple de l’alliance, se substituant à un Israël infidèle et rejeté dès le début de son histoire), la sourate affirme qu’en choisissant le culte du Veau d’or, les Israélites se sont privés de la miséricorde de Dieu, laquelle est promise dès cet instant à la future communauté musulmane.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gilliot, 2011, § 7.

1Dans un article récent1, Claude Gilliot s’intéressait à la préhistoire du Coran, à la façon dont « le “lectionnaire arabe” de la période mekkoise sait se faire interprète, dans le double sens d’exégète et de “traducteur”, de passages, de logia, voire d’extraits d’Écritures ou de traditions religieuses antérieures ». Et il attirait l’attention sur l’usage du verbe faṣṣala (« interpréter »).

2La lecture de la sourate VII (al-Aʿrāf) peut illustrer ce processus. En plusieurs endroits en effet, elle dit apporter une interprétation (tafṣīl) autorisée des textes scripturaires qu’elle cite. Et, semble-t-il, il y a là un indice parmi d’autres pour faire apparaître la cohérence globale de la sourate.

3Je proposerai une traduction – une de plus, dira-t-on, mais c’est une démarche indispensable pour affronter le texte lui-même dans son altérité. Je regarderai également comment les thèmes bibliques se présentent ici, souvent revus par le midrash juif ou l’homélie chrétienne. Et, sans utiliser les outils de l’analyse rhétorique que Michel Cuypers sait manier avec virtuosité, je chercherai à mettre au jour la cohérence et le mouvement d’ensemble d’un texte qui n’est pas un amalgame aléatoire de paragraphes hétérogènes.

4Reste une question qu’il est bon de garder à l’esprit, même si la réponse reste incertaine. À qui s’adressait un tel texte ? Quel était son Sitz im Leben, comme on disait en exégèse ? Devait-il être proclamé sur la place publique à l’intention de la foule ? Était-il plutôt psalmodié (par un soliste ? en chœur ?) lors de veillées où les fidèles s’appropriaient leur « lectionnaire arabe » tout en célébrant la louange de leur Seigneur et en se prosternant devant lui, pour reprendre les derniers mots de la sourate ?

Le titre

5Le titre d’une sourate peut correspondre au sujet traité par l’ensemble du texte : Joseph (XII), Noé (LXXI) ou par une partie du texte : Les Femmes (IV), Marie (XIX). Il arrive aussi que le titre soit fourni par un mot initial : Le Soleil (XCI), La Royauté (LXVII) ou, comme ici, par une expression qui se rencontre dans le cours du texte : L’Araignée (XXIX, 41), Le Fer (LVII, 25).

6Sourate al-Aʿrāf… Le mot doit poser problème puisque certains préfèrent le transcrire sans le traduire (Blachère, Masson). On voit aussi « les Limbes » (Hamidullah), mot qui, naguère, dans la théologie catholique, désignait un séjour intermédiaire qui n’était ni le paradis ni l’enfer. Ou encore « Les Murailles » (Hamza Boubakeur), « Les Redans » (Berque), « die Höhen », c’est-à-dire les Hauteurs (Paret).

7Aʿrāf est le pluriel de ʿurf, qui désigne aussi bien la crinière du cheval, la crête du coq, la bosse du chameau que la crête des dunes de sable. C’est toujours un point saillant, en hauteur. Dans le contexte de la sourate, il s’agit d’un lieu intermédiaire entre le paradis et l’enfer, une sorte de passage situé en hauteur.

8En fait, ce n’est pas ce lieu qui pose problème aux interprètes, ce sont ceux qui s’y trouvent. Des « hommes » (riǧāl), dit le v. 46. Des « gens » (aṣḥāb), dit le v. 48. Qui sont-ils ? Quelle est leur fonction ? Deux interprétations sont proposées.

  1. Ce sont des gens qui attendent entre le paradis et l’enfer parce que, lors de la pesée (cf. v. 8-9), leurs bonnes et leurs mauvaises actions ont eu le même poids. D’où la traduction parfois proposée : les Limbes, le Purgatoire. La plupart des exégèses rapportées par al-Ṭabarī et al-Rāzī sont des variantes sur ce thème.

  2. Mais, sans l’approuver, al-Ṭabarī en cite une autre qui remonte à Abū Miǧlaz Lāḥiq ibn Ḥumayd (un Baṣrien classé parmi les disciples d’Ibn ʿAbbās, qui alla s’établir à Merv où il mourut en 724). Selon celui-ci, ces « hommes » postés en hauteur sont des anges (des anges mâles, répond-il à ceux qui lui objectent le mot coranique riǧā!), chargés de faire le tri entre les élus et les damnés et de diriger chacun vers sa destination.

9Selon l’une ou l’autre interprétation, les pronoms des verbes se rapportent à des sujets différents, ce qui donne les deux paraphrases suivantes :

  1. Sur les hauteurs intermédiaires se trouvent des hommes qui reconnaissent ceux qui passent à leur marque (en effet, les élus ont le visage blanc, les damnés ont le visage noirci). Quand ils voient passer des élus, ils les saluent : « La paix sur vous ! » sans pouvoir entrer au paradis avec eux alors qu’ils le désirent. Quand ils voient passer des damnés, ils s’adressent à Dieu : « Seigneur, ne nous mets pas avec eux ! » À certains qu’ils reconnaissent à leur marque (et qui sont destinés à l’enfer), ils disent : « À quoi vous ont servi richesses et prestige ? » (Et c’est Dieu qui prend alors la parole pour dire à ces anciens riches prestigieux) : « Vous pensiez que ceux-ci ne bénéficieraient pas de la miséricorde divine. (Eh bien, moi je leur dis) : Entrez au paradis, n’ayez pas peur. »

  2. Sur les hauteurs intermédiaires, des anges reconnaissent chacun. Ils invitent les élus à entrer au paradis : « La paix sur vous ! » En effet, ils n’étaient pas encore entrés malgré leur désir et, voyant les damnés, ces élus disaient à Dieu : « Seigneur, ne nous mets pas avec eux ! » Les anges s’adressent ensuite aux damnés : « Où sont vos richesses et votre prestige ? Voyez ceux à qui vous refusiez la miséricorde divine. (Nous leur avons dit) : Entrez au paradis. »

  • 2 Ainsi, pour al-Ġazālī, certains « ne sont ni des gens du Paradis, ni des gens de l’Enfer. Au contra (...)

10Si on adopte la première lecture, les Aʿrāf sont un élément de l’« autre monde » tel que l’islam se le représenterait, une zone intermédiaire qui, dans l’au-delà, correspondrait à cette situation d’entredeux où les muʿtazilites situaient, dès ce monde, ceux qui étaient à la fois croyants et pécheurs. Même si ce n’est pas vraiment le sens du texte, cela en fut une lecture dont l’histoire de la pensée doit tenir compte2. Si on adopte la seconde interprétation, les v. 46-49 ajoutent un élément expressif, mais somme toute accessoire, à la grande scène du Jugement final ; il faut bien prévoir des agents pour canaliser une telle foule !

  • 3 de Prémare, 2004, p. 106.

11En lui-même, le texte ne permet pas de décider. L’absence de ponctuation (guillemets et tirets qui indiqueraient les prises de parole) s’ajoute à l’imprécision des pronoms personnels (à qui renvoient-ils ?) pour créer ce que A.-L. de Prémare appelle « un procédé stylistique de confusion entre les personnes grammaticales, dont le résultat est de neutraliser, chez le lecteur ou l’auditeur, la possibilité de prendre quelque distance par rapport au texte »3.

Le lexique du traducteur

12Le rêve (ou la tentation) d’un traducteur, c’est de toujours traduire de la même façon les mots de son texte pour faire apparaître les renvois, les répétitions, les correspondances. Mais d’une langue à l’autre, les mots ne couvrent pas le même éventail de significations et de connotations. Poussé à bout, le rêve deviendrait un cauchemar. Je vais donc d’abord expliquer mes choix de traduction pour à la fois les justifier et les relativiser.

Āya

13En fonction du contexte, les traducteurs utilisent tantôt « signe » (parfois avec une majuscule révérencieuse !), tantôt « verset ». Il doit bien y avoir un problème puisque Blachère se contente souvent de le transcrire, parsemant ainsi sa traduction de āya italiques et énigmatiques.

  • 4 « Âya », in EI², I, 796.
  • 5 Si, en arabe, le mot prend finalement le sens de « verset coranique », en hébreu tardif ōt désigne (...)
  • 6 Remarquer que, en XXXIV, 15, āya est à entendre au sens de « événement significatif » et que, au v. (...)

14Il s’agit d’un vieux mot sémitique. On le trouve en hébreu (ʾōt), en araméen et syriaque (ʾātā). Son champ sémantique est assez large, mais bien cohérent. Il désigne d’abord un signal, un indice matériel (des feux qu’on allume pour prévenir, comme dans l’ostrakon no 4 de Lakish ; les cendres d’un campement abandonné, comme dans des vers cités par Lisān al-ʿArab) ; un étendard, signe de ralliement (cf. Nb 2, 2 ; Ps 74, 4) ; puis une chose étonnante, prodige de la nature ou événement miraculeux (Ex 7, 3 ; Coran VII, 103) ; enfin un récit qui en conserve le souvenir. A. Jeffery4 cite ainsi plusieurs passages du Coran où le mot āya désigne non pas un signe au sens vague, ni un verset5 au sens précis que prendra le mot quand le Coran sera devenu un texte définitivement organisé, mais tout un passage, un texte antérieur auquel on se réfère et qui parle de Saül et David (II, 252), de Joseph et ses frères (XII, 7), de Loth et du sort de Sodome (XV, 75), des jardins de Saba’ (XXXIV, 19)6 ; de même, en V, 75, on explique aux chrétiens les « textes » concernant le Messie.

15Lire le Coran en arabe n’oblige pas à choisir, quoiqu’il faille bien comprendre ce qu’on lit. La traduction doit choisir. Parfois le contexte indique clairement qu’il s’agit d’une réalité ou d’un événement qui provoquent à la réflexion, et on traduira par « signe ». Ailleurs, le mot fait allusion à un texte ; et plutôt que de traduire par « verset », qui désigne un petit passage numéroté du Coran ou de la Bible, j’ai préféré utiliser le plus souvent possible le mot « texte », en pensant au troisième sens du mot proposé par le Petit Robert : « Passage de l’Écriture sainte qu’un prédicateur cite au début d’un sermon et qui lui sert de sujet, ou qu’il cite au cours de son sermon pour appuyer un développement. »

alama, ālim

16On trouve souvent la traduction « être injuste ». De fait, le ẓulm est l’injustice ; un maẓlūm est un opprimé. Mais que peut bien signifier « être injuste envers des signes » (VII, 9), même ornés d’une majuscule ? Au départ, selon le Lisān al-ʿArab, le verbe a un sens très concret : mettre une chose à une place qui n’est pas la sienne, autrement dit se tromper, faire erreur, sans qu’il y ait nécessairement une action moralement répréhensible. Et le Lisān cite un proverbe : « Celui qui demande à un loup d’être berger se trompe » ; il s’agit d’une erreur, non d’une injustice. En usant ainsi de la litote plutôt que de fulminer des anathèmes, on dira que Pharaon et ses conseillers « se sont trompés » sur le sens des prodiges effectués par Moïse (VII, 103) ; que les Ṯamūd n’ont pas compris le signe de la chamelle, alors qu’elle était là pour leur « ouvrir les yeux » (mubṣira, XVII, 59) ; que, parmi les Gens du Livre, certains « se sont trompés » dans l’interprétation de leurs Écritures (XXIX, 46), et non pas qu’ils ont été injustes ou méchants. Chaque fois que c’est possible, je traduirai donc par « faire une erreur, se tromper, ne pas comprendre ».

Qawm

17Un qawm n’est pas toujours un « peuple » au sens ethnique du terme. Cf. XLIX, 11 : Que les croyants ne se moquent pas « les uns des autres » (un qawm d’un autre qawm). Il peut s’agir d’une communauté d’origine (ainsi chaque prophète s’adresse à son « peuple », VII, 50, etc.) ou d’opinion (ainsi, en VII, 103ss, le qawm de Pharaon s’oppose à celui de Moïse ; il ne s’agit pas de deux peuples différents, mais de deux « groupes »). Nous verrons plus loin comment la traduction « peuple » empêche de saisir la portée du texte.

Ittaqā, taqwā

18Waqā, c’est « protéger » ; tawaqqā et ittaqā, c’est « se protéger ». Contre quoi ? Contre qui ? Lorsque ce n’est pas précisé, il s’agit du châtiment que Dieu pourrait infliger. Cf. LXXIV, 56 : Dieu est « Celui qu’il faut craindre ». Il s’agit en quelque sorte d’une peur salutaire, grâce à laquelle on évitera le pire. « Piété » n’est pas une bonne traduction. Le mot « Dieu » étant sous-entendu, la traduction est amenée à l’expliciter : « crainte de Dieu », « ceux qui craignent Dieu ». L’expression était courante depuis longtemps dans le langage biblique (Ps 111, 10 ; Ac 13, 16).

Ar

19Ce n’est pas toujours la terre entière. Au verset 10, c’est bien la planète « terre ». Aux v. 127-128, c’est peut-être simplement le « pays » d’Égypte. On gagne à éviter les généralisations inutiles.

Kaḏḏaba

20Le mot ne comporte aucune ambigüité. Mais la langue française peine ici à rendre l’économie de l’arabe. En effet, kaḏaba, c’est « mentir » ; kaḏḏaba, c’est déclarer que quelqu’un est menteur, ou que telle affirmation est un mensonge. Comme c’est le sort commun réservé aux prophètes et à leur message, l’expression vient presque deux-cents fois dans le Coran. Pour éviter des traductions un peu lourdes (crier au mensonge, traiter de menteur, etc.), j’ai risqué le verbe « contester » et son dérivé « contestataire ». « Démentir » n’a pas tout-à-fait la même nuance (il suggère un communiqué officiel) et… « démenteur » n’est pas disponible !

Les coulisses du texte

21Qui sont tous ces personnages : Adam, Noé, Loth, etc., dont le Coran suppose l’existence suffisamment connue pour qu’il puisse en parler sans les présenter, pas plus dans cette sourate que dans les autres ? Pour imaginer la perplexité d’un lecteur qui serait totalement étranger à la culture biblique, il n’est que de constater celle du lecteur chrétien moyen devant les ʿĀd et leur prophète Hūd, devant les Ṯamūd, leur prophète Ṣāliḥ et leur chamelle sacrée. Étudier le Coran avec une connaissance trop limitée de la Bible ne répond pas à la nature de l’objet et constitue un handicap.

22Mais il ne s’agit pas du rapport entre deux textes, un nouveau et un ancien (comme si on avait écrit le Coran avec un œil sur les pages de la Bible), mais du rapport entre un texte et la culture religieuse de son temps et de sa région, celle du judaïsme et du christianisme tels qu’ils ont évolué pendant les siècles qui ont précédé l’apparition de l’islam. Dans le Proche-Orient du 7e siècle, le Livre des musulmans propose dans une langue nouvelle (l’arabe) un message que la plupart peuvent comprendre, même si tous ne l’acceptent pas.

23Le premier couple humain doit quitter son jardin paradisiaque ; Noé échappe à la noyade universelle grâce à son bateau ; Loth, mais sans sa femme, échappe au cataclysme qui raye de la carte la ville où il habite ; Moïse affronte Pharaon, mais les Israélites aussi lui causent bien du souci. Autant d’informations qui donnent une impression de déjà-vu au lecteur de la Bible. Impression qui se confirme quand on trouve une image évangélique devenue proverbiale (le chameau et le trou de l’aiguille, v. 40) ou une critique des idoles inertes (v. 195) qui réveille les souvenirs de ceux qui, naguère, chantaient les vêpres dominicales (« oculos habent et non videbunt ! »)

24Pourtant un regard attentif décèle des inflexions. Le déroulement d’une scène a été modifié ; un personnage a reçu une fonction nouvelle ; une action inattendue a été introduite. Entre la Bible et le Coran, il y a eu des siècles de commentaires et d’homélies. Connaître la Bible seule ne suffit donc pas. Il est utile de visiter la littérature des communautés juives et chrétiennes ; elle n’est pas un musée où seraient étiquetées des légendes mortes ; elle est une tradition vivante qui, du texte fondateur d’hier, tirait sans cesse des choses nouvelles pour des aujourd’hui imprévus.

25Passons quelques exemples en revue.

La chute d’Iblīs

26La Genèse ne dit pas qu’Iblīs a été déchu pour avoir refusé de se prosterner devant Adam. Il y a là un bon exemple de la souplesse, et donc de la résistance, des thèmes mythico-religieux. Le monde méditerranéen ancien connaissait le mythe de la déchéance d’êtres célestes (cf. Phaéton en Grèce). Des prophètes bibliques l’appliquent à la chute du pouvoir babylonien (Is 14, 9-17 ; la traduction latine du v. 12 a fait la fortune du mot Lucifer, « étoile du matin ») et à celle du roi de Tyr (Ez 28, 11-19). La littérature chrétienne le réutilisera en le combinant avec un thème midrashique.

  • 7 La Caverne des Trésors, p. XVII-XXII, 9-11.

27Selon le midrash, les anges avaient failli adorer Adam, mais cette méprise avait pu être évitée. En effet, Dieu ayant créé l’homme « à son image et ressemblance » et, par définition, cette ressemblance étant parfaite, les anges ne savaient plus qui ils devaient adorer. Pour éviter toute méprise, Dieu fit en sorte qu’Adam tombe de sommeil (Genèse Rabba VIII, 10). Le thème est repris dans La Caverne des Trésors, ouvrage chrétien d’origine syriaque, antérieur au 6e siècle, qui a circulé en plusieurs langues. Dieu ayant déclaré qu’il donnait à Adam autorité sur toute sa création, les anges se prosternèrent devant lui. Mais « le chef de l’ordre inférieur … ne voulut pas se prosterner devant lui avec les anges, et il dit à ses puissances : “Ne vous prosternez pas avec les anges, et ne le louez pas. Ce qui est juste, c’est qu’il se prosterne devant moi, qui suis le feu et l’esprit, et non pas que moi je me prosterne devant la poussière, qui a été façonnée de menue poussière”7 ». Le Coran fait plusieurs fois référence à ce refus d’Iblīs : II, 34 ; XV, 31 ; XVII, 61 ; XVIII, 50 ; XX, 116.

La nudité paradisiaque

  • 8 Cf. Déclais, 1998.

28Les passages du Coran qui parlent du premier couple humain au paradis (VII, 20-22 ; XX, 117-121) évoquent nécessairement le récit biblique si connu. Et la mémoire biblique empêche de voir qu’un élément du scénario a été transformé. Dans le récit biblique, Adam et Ève vivent au paradis dans une nudité innocente ; après la faute, ne supportant plus leur état, ils sortent avec un vêtement sur le corps. Pour le texte coranique (cf. XX, 118), ils étaient habillés et Satan manœuvre pour les mettre dans une nudité humiliante. Entre les deux présentations, il y a tout un débat entre Juifs et chrétiens, les uns invitant à « dépouiller le vieil homme » pour « revêtir l’homme nouveau », à passer de la nature à la surnature, les autres soutenant que les vêtements glorieux du premier homme sont toujours offerts à qui veut s’en revêtir, autrement dit que la nature humaine est bonne8.

29On trouvera des cas semblables dans les notes aux v. 160 et 171 : Moïse a fait jaillir douze sources afin que chaque tribu ait la sienne ; le Sinaï a été arraché de terre et suspendu au-dessus des Israélites comme une menace. Et nous verrons plus loin ce que l’épisode du Veau d’or est devenu dans les débats entre judaïsme et christianisme.

30Ainsi le Coran reprend certaines lectures qui étaient devenues traditionnelles dans le judaïsme et le christianisme. Mais il montre également que l’islam a parfois imposé sa marque spécifique pour relire certaines pages bibliques en fonction d’un nouveau schéma. Cette sourate VII en offre un exemple avec Moïse et Pharaon.

31Dans la Bible, Moïse est le héros d’un chapitre d’une histoire nationale qui va de la promesse reçue par Abraham jusqu’à la conquête de la Terre promise avec Josué et qui s’inscrit dans une histoire plus vaste, celle des voisins immédiats et celle des empires. C’est ce que le lecteur retrouve sans peine dans certains passages du Coran : II, 49-50 ; XIV, 6 ; XX, 9-99 ; XXVIII, 2-50.

32Mais un autre schéma s’est superposé subrepticement. Puisque tout prophète est envoyé à son peuple, il ne peut y avoir un « peuple de Moïse » qui serait une autre « nation » que le « peuple de Pharaon » (d’où notre traduction de qawm par « groupe » dans les v. 103ss) ; l’Égypte n’est pas divisée entre Égyptiens autochtones et étrangers immigrés, mais entre croyants et incroyants. C’est ce que suggère le début de la sourate XXVIII : Pharaon lui-même a divisé son propre peuple en plusieurs groupes et a décidé d’en opprimer un. À bien lire XIV, 14 ; XXVI, 59 et XVII, 101-104, le groupe de Moïse ne demande pas à partir, il est expulsé ; mais, après la disparition de Pharaon et des siens dans la mer, il revient prendre possession du pays de Pharaon. Le schéma de l’histoire sainte musulmane (bannis de la Mecque, les musulmans y reviennent en vainqueurs) s’est superposé au schéma de l’histoire sainte israélite et, tant bien que mal, tend à le supplanter.

33Ibn Kaṯīr l’avait bien vu. « (Pharaon) voulut les expulser du pays, mais Nous l’avons noyé, lui et tous les siens. Après sa disparition, Nous avons dit aux Fils d’Israël : habitez le pays », dit la sourate XVII, v. 103-104. Dans son Commentaire, il écrit : « Ce verset annonce à Muḥammad la victoire sur La Mecque, bien qu’il s’agisse d’une sourate mecquoise descendue avant l’Hégire. En effet, les Mecquois avaient l’intention de faire partir le Prophète, ainsi que Dieu l’a dit : “Ils ont failli t’expulser du pays pour t’en faire partir” (XVII, 76 et la suite). Conformément à ce verset, Dieu donna La Mecque en héritage à son Prophète, il y entra par la force… ; il en soumit les habitants avant de les libérer avec indulgence et générosité, de la même façon que Dieu donna en héritage l’orient et l’occident du pays aux malheureux Fils d’Israël ; il leur donna en héritage le pays de Pharaon, ses richesses, ses cultures, ses fruits, ses trésors, ainsi qu’il est dit en XXVI, 59. »

34Autre cas de figure. Apparemment, tel verset du Coran ne rappelle aucun épisode biblique, mais les commentateurs ont voulu en voir un. Ainsi notre verset 175 : le Prophète reçoit l’ordre de raconter l’histoire (naba’) de quelqu’un qui avait reçu de Dieu une vocation insigne, mais l’avait laissée tomber ; devenu un suppôt de Satan, il avait manqué le destin qui aurait pu être le sien. Mais le lecteur reste sur sa faim, car on ne lui dit pas de qui il s’agit ni ce qui lui est arrivé. Pourtant, ailleurs dans le Coran, la même formule (« raconte-leur l’histoire… ») introduit effectivement un récit explicite, résumé ou détaillé, dont le héros est nommé : V, 27-31 (les deux fils d’Adam) ; X, 71-73 (Noé) ; XXVI, 69-89 (Abraham) ; XXVIII, 3-43 (Moïse).

35Les commentateurs se devaient de proposer des réponses qui complèteraient le v. 175. À son habitude, al-Ṭabarī énumère celles qu’il connaît. Pour une vingtaine d’entre elles, il s’agit de Balaam : un Israélite, disent les uns ; non, un Cananéen, quelqu’un de la ville des Géants, disent d’autres (ce qui correspond effectivement au Balaam biblique, cf. Nb 22-24) ; un isolé pense à un Balaam du Yémen ! L’identification n’est donc pas très sûre. D’ailleurs, le Balaam biblique n’a pas laissé tomber la parole de Dieu ; au contraire, il a été contraint de la prononcer à son corps défendant. Dans le midrash, on le voit se venger en poussant les Israélites à succomber aux charmes des femmes de Moab et au culte du Baal local ; les Sages en effet lisaient le chapitre 25 des Nombres comme une suite logique du chapitre 24. Et les Histoires des Prophètes font entrer cette légende midrashique dans l’islam avec force détails.

  • 9 Al-Bidāya, I, 620-630. Voir aussi Rubin, 1995, p. 72-75.

36D’autres commentateurs (huit cités par al-Ṭabarī) disent qu’il s’agit d’un contemporain du Prophète, le poète Umayya b. Abī al-Ṣalt, mort vers 630. Originaire de Ṭā’if, notable de la tribu de Ṯaqīf, il avait renoncé aux idoles et affirmé sa foi en un seul Dieu avant même la prédication de Muḥammad. Mais il n’adhéra jamais à l’islam. Dans al-Bidāya wa-l-Nihāya9, Ibn Kaṯīr rapporte beaucoup de traditions le concernant. Ayant entendu Muḥammad lui réciter la sourate Yā-Sīn (XXXVI), il aurait dit : « C’est la vérité » ; mais quand, après la bataille de Badr, Muḥammad lui eut montré le corps de ses deux cousins ʿUtba et Šayba, les fils de Rabīʿa, jetés dans un puits asséché, il se serait enfui en prononçant l’éloge funèbre des victimes tombées sous les coups des musulmans. Muḥammad aurait dit de lui : « Sa poésie était croyante, mais son cœur est resté incrédule. » Il aurait également dit à la sœur d’Umayya : « Ton frère ressemble à celui auquel Dieu avait donné ses āya-s, mais qui les rejeta. »

  • 10 Ibn Kaṯīr (al-Bidāya, I, 620) rapporte la même scène avec un isnād où figure également ʿAbd al-Mali (...)

37Enfin, al-Ṭabarī sait qu’un troisième nom circulait. On rapportait que ʿAbd al-Malik b. ʿUmayr, un traditionniste de Koufa mort centenaire en 753, avait assisté à la discussion suivante : « Dans la mosquée de Damas, on discutait sur ce verset. Certains disaient : “Il s’agit de Balaam b. Bāʿūrā’.” D’autres : “Il s’agit du Moine.” Et ʿAbdallāh b. ʿAmr b. al-ʿĀṣ s’insurgea contre eux. On lui dit alors : “De qui s’agit-il donc ?” – “D’Umayya b. Abī al-Ṣalt de Ṯaqīf”, dit-il10. »

  • 11 Al-Sīra al-nabawiyya, III, 127-129.
  • 12 Abū ʿĀmir était peut-être un “élu” manichéen qui, en tant que tel, répugnait à mettre la force au s (...)

38La réaction de ʿAbdallāh est vive (ḫaraǧa ʿalayhim) et sans doute plus vive contre ceux qui ont parlé du Moine que contre les premiers. Balaam est une vieille histoire qui ne dérange personne. Le Moine, c’est une autre affaire. De son nom Abū ʿĀmir ʿAbd ʿAmr b. Ṣayfī, il appartenait à la tribu médinoise des Aws. Ayant rejeté le culte des idoles et pratiquant le « hanifisme », c’est-à-dire ce qu’on pensait être l’antique religion d’Abraham (cf. Coran III, 67), il avait revêtu la bure et vivait en ascète, d’où son surnom, « le Moine » (al-Rāhib). Ibn Isḥāq raconte11 que, arrivé à Médine, Muḥammad fut abordé par Abū ʿĀmir qui lui reprocha d’introduire dans le hanifisme des éléments nouveaux et inauthentiques (malheureusement le texte ne dit pas lesquels). La rupture entre eux fut radicale ; Muḥammad le qualifia de al-Fāsiq (« l’Imposteur ») ; Abū ʿĀmir quitta Médine pour La Mecque avant de rejoindre plus tard les territoires byzantins. On le soupçonnait de complicité avec les constructeurs de la fameuse mosquée concurrente, celle que le Coran appelle « mosquée de la nuisance » (IX, 107-110)12.

39Bref, c’était quelqu’un qu’il fallait s’empresser d’oublier et que la narration des origines ne devait pas nommer. Aller chercher dans la Bible un personnage comme Balaam permettait peut-être de refouler ce « Moine » indésirable.

40Notons enfin une réaction qui relève moins de l’histoire du texte que de l’histoire de sa lecture : soupçonner les commentaires usuels d’être infectés par des légendes pseudo-bibliques frelatées.

41Selon les v. 189-190, le polythéisme serait aussi vieux que l’humanité. Ève est enceinte. L’enfant à naître sera-t-il bien conformé ? Vivra-t-il ? Sur une suggestion de Satan, les parents placent le bébé sous la protection d’une divinité mineure. C’est donc la peur qui pousse les hommes à attribuer un « associé » au Dieu principal, à toutes fins utiles. Le texte des versets est très allusif. Sans les commentaires, il resterait énigmatique. Sur le contenu de la légende, il y a accord des commentateurs. Mais une question n’allait pas manquer de se poser : Adam ayant le statut de prophète, était-il permis de penser qu’il ait agi de la sorte ? Al-Ṭabarī cite beaucoup de ses prédécesseurs qui n’y voient pas d’objection, mais aussi plusieurs autres qui, s’appuyant sur l’autorité de Ḥasan al-Baṣrī (642-728), estiment que les parents en question ne sauraient être Adam et Ève, mais d’autres personnes d’une époque postérieure, des polythéistes, voire des Juifs ou des chrétiens.

  • 13 Tafsīr, in loco.

42Au 14e siècle, Ibn Kaṯīr engage la bataille avec toute la force de ses convictions13. Il rappelle son principe : n’accepter comme récit sacré que ce qui est attesté par le Coran ou la sunna du Prophète. Il examine la solidité des chaînes de garants (les isnād-s) qui mettent en cause Adam et Ève, version pour lui inacceptable et, à son avis, probablement colportée par « un ancien Juif ou chrétien devenu croyant, comme Kaʿb, Wahb b. Munabbih ou d’autres ». Avec Ḥasan al-Baṣrī, il estime que seul le v. 189 concerne Adam, « cet être unique duquel Dieu a tiré son épouse ». Et si le v. 190 parle d’un couple postérieur, il faut voir là une figure rhétorique (istiṭrād), un saut qui fait passer le discours du générique au particulier. Il donne en exemple le v. 5 de la sourate LXVII : Dieu a mis en place toutes les étoiles, mais toutes ne deviennent pas des projectiles lancés contre les démons, des étoiles filantes.

43Accuser Kaʿb ou Wahb, devenus avec le temps des boucs émissaires, d’avoir glissé dans le discours des musulmans des légendes issues d’une Bible falsifiée ou de quelque ouvrage apocryphe était un exutoire commode, témoignant à sa manière que la tradition biblique restait à la fois présente et inquiétante.

Le message de la sourate

44Dans la Bible, les livres du Pentateuque forment une suite logique qu’il faut lire dans l’ordre (la Genèse avant l’Exode, etc.) pour en découvrir le mouvement général. Il en va de même pour d’autres ensembles : ce qu’on appelle l’« histoire deutéronomiste » (Josué, Juges, 1-2 Samuel, 1-2 Rois), l’œuvre de Luc (3e Évangile et Actes). En revanche, les sourates du Coran sont des textes indépendants les uns des autres ; elles ne sont pas les chapitres d’un livre, chacune forme une unité littéraire autonome. Il est donc possible et légitime d’étudier chacune pour elle-même et d’essayer de découvrir le message qu’elle contient.

  • 14 Bottéro, 1986, p. 222.

45« Tout livre, comme ensemble, a un sens, beaucoup plus important que celui des propositions qui le composent, parce que lui seul peut nous livrer le véritable et définitif message de l’auteur14. » Message de l’auteur… Mais l’auteur est absent. Il se cache derrière une affirmation théologique : son texte est « descendu » et nul ne peut monter là-haut pour obtenir quelque éclaircissement. Il se cache dans la complexité d’une histoire passée dont beaucoup de détails nous échappent. Impossible de l’inviter à une émission littéraire où il devrait s’expliquer sur ce qu’il a « voulu dire ».

46Le texte, lui, est présent, grâce à l’écrit. Certes, cette écriture a été mise au point progressivement. Il a fallu du temps pour obtenir la précision typographique des Corans actuels. Ici et là, des variantes acceptées par la tradition communautaire témoignent de l’époque où les signes vocaliques et même les points diacritiques de certaines consonnes n’étaient pas encore fixés. J’en indique quelques-unes en note.

47Le sens de quelques versets peut rester problématique. Comment comprendre masǧid au v. 29 ? la « maison des impies » du v. 145 ? etc. Mais cela n’empêche nullement de saisir le plan d’ensemble s’il y en a un. La dégradation de quelques chapiteaux ne modifie pas l’architecture d’une basilique romane. Si le texte est cohérent, s’il n’est pas un conglomérat aléatoire d’éléments hétérogènes, cela doit bien se manifester par des indices à qui le lit et le relit attentivement. Que dit-il ? Et comment le dit-il ? Trois constatations permettent de suivre le mouvement d’ensemble de la sourate et de repérer l’affirmation centrale vers laquelle tout converge.

  1. Le début et la fin de la sourate se répondent bien, indice d’une composition soignée. Dans les deux cas, il y a « toi » et « vous ». « Toi » sur qui descend une Écriture (v. 2), « toi » qui ne peux apporter aux auditeurs autre chose que ce que ton Seigneur t’a inspiré (v. 203). « Vous » qui ne devez suivre que cette Écriture (v. 3), « vous » qui la recevez dans une écoute silencieuse (v. 204). Cette Écriture, c’est toute la sourate ; elle est récitée devant une assemblée qui réunit matin et soir des gens prêts à adorer leur Seigneur et à se prosterner devant lui (v. 205-206), une assemblée cultuelle en quelque sorte.

    • 15 Cf. Jastrow, II, 1241-1242.
    • 16 Voir mes remarques sur « une Écriture en deux temps » (Déclais, 2004, p. 18-20).

    Cette Écriture est à la fois « texte » et « interprétation », kitāb et tafṣīl. La sourate l’affirme cinq fois : v. 32 (interpréter les textes pour les gens qui savent), v. 52 (une Écriture interprétée avec science pour guider les gens qui croient), v. 58 (expliquer – ici taṣrīf – les textes à des gens reconnaissants), v. 145 (les Tables de Moïse contiennent exhortation et interprétation), v. 174 (interpréter les textes). On pense au début de la sourate Fuṣṣilat (XLI) : Kitāb fuṣṣilat āyātuhu (« Écriture dont le texte a été interprété »), qui sonne comme un principe : les passages de cette Écriture demandent une interprétation, ou peut-être sont eux-mêmes l’interprétation autorisée d’un texte déjà connu ; ils s’adressent à un public disposé, prêt à croire, capable de comprendre.
    L’usage de l’arabe f.ṣ.l est à rapprocher de l’hébreu p.r.š.15. À la forme simple (faṣala, pāraš), c’est « distinguer, séparer, mettre à part » (cf. les « pharisiens ») ; un faṣl, une pārāša, c’est un paragraphe, une péricope délimitée dans un lectionnaire. À la forme intensive (faṣṣala, pêréš), c’est « expliquer, interpréter » ; le tafṣīl comme le pèrūš, c’est l’interprétation, le commentaire autorisé. Le lexique suggérerait-il que les Sages du midrash et les premiers clercs de l’islam fonctionnaient un peu de la même façon ?
    Ce n’est pas le lieu d’étudier l’action de ce couple kitāb/tafṣīl dans l’ensemble du Coran16. Contentons-nous de noter ce qu’il en est dans la sourate VII. Trois passages énoncent le principe (v. 52, 145, 174). Les deux autres en donnent une application pratique. Au v. 32, on affirme que tout le passage (v. 26-33) constitue un commentaire fait avec autorité qui, s’appuyant sur le rappel du texte de la Genèse (v. 19-25), abolit une vieille coutume du pèlerinage mecquois. En termes midrashiques, on parlerait d’une halakha, une décision juridique visant le comportement des fidèles. Au v. 58, on a une haggada, une leçon doctrinale édifiante : pour celui qui « réfléchit », les textes sur la création contiennent implicitement l’affirmation de la résurrection.

  2. Les v. 54-171 enchaînent solidement les moments successifs d’un récit : création de l’univers (54-58) ; envoi de cinq prophètes à des peuples différents (59-102) ; mission de Moïse face à Pharaon d’abord, à la tête des Israélites ensuite (103-158) ; rappel des fautes passées des Juifs (160-168) ; regard sur le judaïsme actuel (169-170). Le verbe « Nous avons envoyé » du v. 59 vaut à la fois pour la mission de Noé et pour celles de Hūd, de Ṣāliḥ, de Loth et de Šuʿayb, comme si les v. 59-93 formaient une seule phrase. Et l’histoire de Moïse est bien accrochée à celle de ses cinq prédécesseurs par les mots « et puis, après eux » (ṯumma… min baʿdi-him) qui reprennent le fil des missions en enjambant la pause des v. 94-102.

48Du coup, on se gardera de considérer les ruptures narratives comme des éléments hétérogènes ; elles sont au contraire des panneaux indicateurs qui attirent l’attention du lecteur sur ce qui est essentiel. Entre les versets 54 et 171, il y en a trois :

  • 94-102 : cinq peuples ont été châtiés ; on en tire des leçons qui valent pour tous ;

  • 146-147 : avant de parler de la fabrication du Veau d’or, on avertit qu’il va se passer quelque chose de grave ;

  • 158 : parce que les Israélites ont fabriqué le Veau d’or, Dieu leur a retiré sa miséricorde pour la réserver aux futurs musulmans ; le Prophète doit l’annoncer à toute l’humanité. C’est là le message central de la sourate.

49Essayons maintenant de suivre sa démarche dans une libre paraphrase.

50Voici une Écriture céleste qui vous rappelle que votre Seigneur est le seul maître (walī). Réfléchissez donc à toutes les villes détruites… et au Jour de la pesée finale.

51Partons du commencement. Enfermé dans son orgueil de pur esprit, Iblīs fut jaloux de vous et se jura de vous égarer, ce qu’il fit dès le début de votre histoire, quand Adam et son épouse étaient dans le paradis. Vous savez ce qui leur est arrivé. (Profitons-en pour régler un problème. Que leur aventure vous serve de leçon ! Habillez-vous convenablement quand vous faites le pèlerinage.) Et depuis, les communautés humaines se succèdent ; chacune fait son temps et toutes se retrouvent au grand rendez-vous final qui envoie les unes en enfer, les autres au paradis.

52Mais reprenons les choses en détail. Au commencement, il y eut l’acte du Dieu créateur, celui-là même qui veille sur le fonctionnement de l’univers, qui fait tomber la pluie sur vos terres et qui, un jour, redonnera vie aux morts. Que de fois il est intervenu pour remettre les hommes dans le bon chemin ! Voyez ce qui est arrivé au peuple de Noé, aux ʿĀd et aux Ṯamūd, au peuple de Loth, aux Madianites. Tous disparus. Il faut bien le dire : l’histoire est d’une monotonie lassante, Dieu a beau envoyer des prophètes, on ne les prend pas au sérieux.

53Arrêtons-nous sur un cas qui nous intéresse particulièrement puisqu’il s’agit d’une communauté qui existe encore. Vous connaissez l’histoire de Moïse, comment il s’est imposé devant Pharaon, comment il a arraché les Fils d’Israël à la tyrannie de celui-ci. Eh bien, rendez-vous compte ! Alors que Moïse était reçu en audience par Dieu qui allait lui remettre les Tables de la Loi, son peuple a commis la grande faute en se fabriquant une fausse divinité pour faire comme les polythéistes. Moïse s’est mis dans une grande colère, puis il est allé vers Dieu avec toute une délégation pour demander pardon et implorer miséricorde. Mais Dieu lui a répondu qu’il restait libre de sa décision et qu’il réservait sa miséricorde à une communauté future, groupée autour de son prophète, la communauté des musulmans.

54Et c’est bien normal. Car, si certains Israélites se sont conduits comme des justes, tant d’autres ont accumulé des fautes dont on parle encore maintenant. Et ceux d’aujourd’hui ne valent guère mieux ; ils étudient leur Bible mais ne la mettent guère en pratique. Que font-ils donc de l’engagement que leurs ancêtres avaient dû prendre autrefois, sous la menace de la montagne brandie au-dessus d’eux ?

55Finalement leur histoire est celle de toute l’humanité. En effet, à l’origine, avant même de naître, tous les descendants d’Adam ont reconnu la seigneurie du Dieu unique. Et cela n’a pas empêché le culte des faux dieux de se répandre de mille et une façons. Certains gaspillent les grâces qu’ils ont reçues ; d’autres déforment les noms de Dieu qui sont pourtant les plus beaux. On rechigne à suivre le Prophète ; on cherche à le piéger en l’interrogeant sur ce qui n’est pas de sa compétence. Ainsi va l’humanité depuis les origines… Ne dit-on pas que le premier couple humain a peut-être lui-même cherché la protection de quelque divinité mineure pour que vive leur bébé ?

56En conclusion, que certains invoquent leurs idoles s’ils le veulent ! Ton maître (walī) à toi, c’est celui qui fait descendre cette Écriture sur toi. Méfie-toi de Satan. Et ce Coran qui vient de Dieu, que les croyants l’écoutent et le méditent et qu’ils adorent leur Seigneur !

La faute et la disgrâce

57Le Coran parle de l’affaire du Veau d’or en trois autres endroits :

  • Sourate II, 51-54 : la faute a été pardonnée mais, comme dans la Bible (Ex 32, 25-29), il a fallu éliminer impitoyablement tous les coupables.

  • Sourate IV, 153 : la faute est également pardonnée, mais les versets qui suivent (155-161) énumèrent d’autres fautes qui, elles, ne le sont pas.

  • Sourate XX, 97 : le Veau a été produit à l’instigation du « Samaritain » et lui seul est puni, condamné à vivre comme un être impur, donc intouchable, et à voir son œuvre anéantie.

58Dans la sourate VII, en revanche, Dieu ne parle pas de pardon et il annonce qu’un jour, le judaïsme sera remplacé par l’islam. L’affaire du Veau d’or est donc extrêmement grave. Quel en était l’enjeu ? Le langage courant s’arrête au métal précieux ; adorer le Veau d’or, ce serait avoir le culte des richesses. En réalité, il ne s’agissait pas d’un petit veau, mais d’un taurillon vigoureux ; et qu’il soit en métal, en pierre ou en bois n’avait pas d’importance. Cette affaire constitue tout un chapitre de l’histoire des relations conflictuelles entre la religion « biblique » et le monde cananéen d’abord, entre le judaïsme et le christianisme ensuite.

59Pour parler du Veau d’or en historien, il est préférable de ne pas commencer par la scène qui, selon Ex 32, se déroula au pied du Sinaï pendant l’absence de Moïse. Il est plus judicieux de partir du culte que le roi Jéroboam Ier (933-911) instaura dans les deux sanctuaires de son royaume, Béthel au sud, Dan au nord. « Le roi Jéroboam eut l’idée de faire deux veaux d’or… Il plaça l’un à Béthel, et l’autre, il l’installa à Dan » (1 R 12, 28-29). Et le texte ajoute aussitôt : « C’est en cela que consista le péché », ce « péché de Jéroboam » dénoncé tout au long des livres des Rois (cf. 2 R 17, 22).

  • 17 Caquot, 1970, p. 324. Cf. « Le Poème de Baal et la Mort », in Caquot, 1974, p. 263.
  • 18 Blum, 1989, p. 275.

60En effet, la figure du Taureau n’était pas un symbole neutre, simple image de force et de fécondité ; c’était une représentation traditionnelle dans la religion cananéenne. « À El qui est appelé le “taureau” appartiennent l’ancienneté – c’est un vieillard – la sagesse insondable, l’omniscience, la bonté et la miséricorde, il décide toujours en dernier ressort pour le bien des hommes. À Baʿal le “taurillon” reviennent la fougue de la jeunesse, la puissance sexuelle, la victoire au combat, l’intervention active et salutaire pour repousser les éléments naturels de désordre et assurer la vie du peuple d’Ougarit17. » L’image implique un mythe et un rituel incompatibles avec la religion que défendent les « prophètes » en Israël. La lutte d’Élie contre Baal est célèbre. Au 8e siècle, Osée fustige les veaux d’Israël : « Il est repoussant ton veau, Samarie ! … Il vient d’Israël, un artisan l’a fait, il n’est pas Dieu ; oui, le veau de Samarie s’en ira en morceaux » (Os 8, 5-6). Le « péché de Jéroboam » fut vraiment considéré comme le péché originel de son royaume. Et en plaçant la fameuse scène en plein désert, quelques semaines après la merveilleuse libération pascale, sur les lieux où l’alliance était conclue, le livre de l’Exode veut reporter aux débuts mêmes du peuple le choix fondamental qui s’offrira à lui tout au long de son histoire18 : ou Yahvé seul, ou Baal et ceux qui lui ressemblent. Va-t-on « troquer la Gloire de Dieu contre la copie d’un herbivore », pour reprendre les mots cinglants du Psaume (106, 19-20) ?

61C’était donc une vieille histoire. Quand les exilés du 6e siècle revinrent en Judée et organisèrent ce qui allait devenir le « judaïsme », les temples de Béthel et de Dan avaient disparu depuis longtemps, et leurs statues avec eux. Mais le texte était là. « Ce que nos pères nous ont transmis, nous ne le tairons pas à leurs descendants » (Ps 78, 3-4), et le récit fait naître une confession collective, un appel à la repentance en vue du pardon qui retentit dans les Psaumes (« Tout comme nos pères, nous avons péché… A l’Horeb, ils ont façonné un veau », Ps 106, 6.19), dans la grande prière des lévites au temps de Néhémie (« Eux et nos pères, ils ont été orgueilleux … Mais toi, tu es le Dieu des pardons … ; tu ne les as pas abandonnés même quand ils se sont fait un veau de métal fondu », Né 9, 16-18). Devant les autorités de Jérusalem, Étienne rappellera encore toute l’histoire, ses fautes et ses misères (« Nos pères façonnèrent un veau en ces jours-là », Ac 7, 41), mais c’est seulement au moment où il mourra en martyr que son cri deviendra un appel au pardon (Ac 7, 60).

  • 19 Épître de Barnabé 4, 7-8.

62Le texte était là… à la disposition de tous, y compris de ceux qui ne disaient plus « Nos pères et nous-mêmes », mais « Leurs pères et eux-mêmes ». La confession allait devenir accusation. Dès avant 150, un auteur chrétien écrivait : « Certes elle (=l’alliance) est à nous ! Mais eux (=les Juifs), voici comment ils l’ont définitivement perdue alors que Moïse l’avait déjà reçue. L’Écriture dit en effet : “Moïse jeûna sur la montagne quarante jours et quarante nuits, puis il reçut du Seigneur l’alliance, les tables de pierre écrites par le doigt de la main du Seigneur.” Mais, pour s’être tournés vers les idoles, ils la perdirent. Car voici ce que dit le Seigneur : “Moïse, Moïse, hâte-toi de descendre, car ton peuple a péché, eux que tu as fait sortir du pays d’Égypte.” Et Moïse comprit et il jeta les deux tables qu’il tenait. Leur alliance fut brisée afin que celle de Jésus, le Bien-Aimé, fût scellée dans nos cœurs par l’espérance de la foi en lui19. » Certes, en accusant les Juifs, l’auteur qui s’abrite sous le nom de Barnabé veut mettre en garde ses lecteurs chrétiens : ce qui leur est arrivé pourrait vous arriver à vous aussi si vous n’êtes pas fidèles. Mais c’est une accusation radicale ; l’alliance a été rompue avant d’être conclue ; elle n’a jamais existé ; entre Moïse et l’Église du Christ, l’histoire d’Israël a été une accumulation de fautes où seuls quelques prophètes essaient de jeter un peu de lumière, mais sans beaucoup de succès.

  • 20 Simon, 1974, p. 166-274.

63Dans l’hiver 57-58, Paul avait écrit à propos des Juifs qui n’acceptaient pas de reconnaître la mission de Jésus : « Les dons et l’appel de Dieu sont irrévocables … Dieu a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire à tous miséricorde » (Rm 11, 29-32). À cette date, le christianisme n’était encore qu’un courant à l’intérieur du judaïsme ; la rupture n’était pas intervenue. Un siècle plus tard, les communautés chrétiennes et les communautés juives forment deux ensembles bien séparés dans les faits et dans le droit, et qui doivent se définir l’un par rapport à l’autre. Avec des nuances selon les auteurs, les Pères de l’Église développeront ce qu’on a appelé la doctrine du « rejet » d’Israël et de sa « substitution » par l’Église chrétienne qui est non seulement le « nouvel Israël », mais aussi le « véritable Israël ». Les études ne manquent pas sur le sujet. On peut se reporter à celle de Marcel Simon (Verus Israel), spécialement sa deuxième partie : « Le conflit des orthodoxies20. »

64Le judaïsme n’était ni sourd ni muet. Il entendait ce que les prédicateurs chrétiens tiraient de l’affaire du Veau d’or et, plus généralement, des pages de la Bible qui dénonçaient les péchés d’Israël. La littérature midrashique conserve de nombreux témoignages des efforts qu’il déploya pour sa défense. En voici trois exemples.

  • 21 Antiquités Juives, III, 99.

65La réaction la plus simple, c’est le silence. Inutile de répéter indéfiniment l’aveu d’une faute qu’on sait pardonnée. Inutile de donner prise aux propos malveillants des « étrangers ». Dès la fin du 1er siècle, Flavius Josèphe passe sous silence l’épisode du Veau d’or quand il réécrit l’histoire biblique à l’intention du public gréco-romain21. Au second siècle, la Mishna (Megilla IV, 10) enregistre la règle traditionnelle qui demande de ne pas traduire en araméen, lors de la lecture biblique à la synagogue, certains passages parmi lesquels la finale du chapitre 32 de l’Exode. Dans la traduction du Targum publiée par R. Le Déaut (Sources chrétiennes no 256), on peut constater que le codex Neofiti du Targum de Jérusalem a laissé en hébreu neuf passages d’Exode 32.

  • 22 Exode Rabba XLVI, 1.

66Le silence ne suffit pas. Il faut aussi réfuter la polémique adverse. En brisant les Tables, disent-ils, Moïse a manifesté que l’alliance entre Israël et Dieu n’a même pas eu un début de commencement. Les Sages du Midrash montrent que, bien au contraire, son geste a permis à la miséricorde divine de se manifester à profusion. « Cela peut se comparer à un prince qui prit une épouse et écrivit à son intention un certificat qu’il confia à son ami. Quelque temps plus tard, une accusation se répandit contre elle. Que fit l’ami ? Il déchira le certificat, se disant : “Mieux vaut qu’elle soit jugée comme célibataire et non comme femme mariée.” C’est ce que fit Moïse. Il se dit : “Si je ne brise pas les Tables, Israël n’existera plus, car il est écrit : Qui sacrifie aux dieux sera voué à l’anathème (Ex 22, 19).” Que fit-il ? Il brisa les Tables et dit à Dieu : “Ils ne savaient pas ce qui y était écrit”. » Et plus loin on lit : « Il se fit du souci pour avoir brisé les Tables. Mais Dieu lui dit : “Ne te fais pas de souci au sujet des premières Tables, elles ne contenaient que les Dix commandements. Dans les secondes Tables que je vais te donner, il y aura les halakhôt, le midrash et les haggadôt22”. »

67On ne peut imaginer une opposition plus frontale au discours qui se mettait en place dans l’Épître de Barnabé. L’alliance n’a pas été rompue au Sinaï, mais restaurée après un faux-pas malheureux ; le christianisme n’a pas supplanté le judaïsme dans le projet divin puisque tous les éléments du Talmud étaient en germe dans les nouvelles Tables, celles que Moïse présenta à Dieu lorsqu’il remonta au sommet du Sinaï et qu’il entendit Dieu lui parler d’une miséricorde capable de traverser des milliers de générations malgré les fautes des pères, des fils et des petits-fils (Ex 34, 1-7).

  • 23 On en lit également des éléments en Exode Rabba XLI, 7 et Deutéronome Rabba III, 11.

68Dans les Pirqê de-Rabbi Éliézer, le chapitre 45 traite du Veau d’or et se termine par le midrash suivant23 : Dieu a chargé cinq anges de détruire Israël. Chacun porte un nom qui est tout un programme : Colère, Rage, Fureur, Destruction, Anéantissement. En invoquant les mérites d’Abraham, d’Isaac et de Jacob (cf. Ex 32, 13), Moïse réussit à en neutraliser trois. En rappelant à Dieu le serment qu’il avait lui-même juré (ibid.), il neutralise le quatrième. La neutralisation du cinquième est particulièrement dramatique et significative. Dans le territoire de la tribu de Gad, à l’est du Jourdain, où il se trouve avant sa mort, Moïse creuse un large trou ; en prononçant le Nom ineffable de Dieu, il y emprisonne l’ange et nomme le lieu Péor (« bouche ouverte », cf. Nb 25). Quand Moïse meurt, Dieu l’ensevelit lui-même à côté de cette fosse, « face à Baal Péor » (Dt 34, 6). Désormais, chaque fois qu’Israël se rend gravement coupable de quelque infidélité, l’ange veut intervenir, sortir de son trou et ouvrir la bouche pour exhaler son souffle destructeur. Mais il aperçoit la tombe de Moïse, prend peur et rentre dans son trou. Au-delà de la mort, à partir d’une tombe connue seulement de Dieu et de l’ange au projet sinistre, l’intercession de Moïse n’a rien perdu de son efficacité.

69Les Pirqê de-Rabbi Éliézer datent du 8e ou du 9e siècle ; plusieurs fois leur texte fait allusion à la présence de l’islam. Il n’était donc pas hors de propos de le lire ici, en contrepoint à la sourate VII qui reprenait pour le compte de l’islam un discours chrétien classique, bien connu du judaïsme.

  • 24 Les deux Nawf sont une seule et même personne, à savoir Nawf ibn Yazīd al-Faḍālī al-Ḥimyarī al-Bikā (...)

70Les plus anciens commentateurs du Coran avaient bien vu la portée du texte. Ceux que cite al-Ṭabarī à propos du v. 157 (après la faute du Veau d’or, Dieu réserve sa miséricorde à ceux qui « suivent le Messager, le prophète ummī ») disent simplement : « Il s’agit de la communauté de Muḥammad », ce que d’ailleurs tout le monde pouvait comprendre sans explication. Mais en deux recensions parallèles, il rapporte aussi une sorte de paraphrase du verset ; il s’agit d’un dialogue entre Dieu, Moïse et les Israélites qui exprime exactement la doctrine du « rejet » et de la « substitution » que j’évoquais plus haut. Al-Ṭabarī a entendu la première à Koufa de la bouche d’Ibn Waqīʿ (m. 861) avec une chaîne de transmission en quatre maillons remontant à Nawf al- Ḥimyarī, – et la seconde à Baṣra de Muḥammad b. ʿAbd al-Aʿlā avec une chaîne de transmission qui passait par Maʿmar b. Rāšid (m. 770) et remontait à Nawf al-Bikālī24. En voici l’intrigue :

71Dieu dit à Moïse : « Tu transmettras ceci aux Fils d’Israël : Je déclare que toute la terre est pure et qu’ils peuvent prier partout (sauf dans les cimetières, les toilettes et les hammams) ; je mets la sakīna (présence divine) dans leur cœur (dans leurs maisons, dit la recension de Koufa) ; je les rends capables, hommes et femmes, adultes et enfants, hommes libres et esclaves, de réciter la Torah par cœur. » Moïse transmet le message et les Israélites le refusent, disant qu’ils veulent prier seulement dans les synagogues, qu’ils préfèrent que la sakīna reste enfermée dans l’arche d’alliance et qu’ils veulent réciter la Torah en lisant un exemplaire écrit. Dieu prononce alors les v. 156-157 de notre sourate : Puisqu’il en est ainsi, je réserve ma miséricorde à la communauté musulmane. « Fais que je sois leur prophète », dit Moïse. – « Impossible, dit Dieu, leur prophète sera issu de leur propre groupe. » – « Alors, puissé-je être un des leurs. » – « Tu ne vivras pas jusqu’à cette époque. » – « Ainsi donc, conclut Moïse, je suis venu te trouver avec toute une délégation d’Israélites et ce que nous sommes venus demander, tu le remets à d’autres qu’à nous (fa-ǧaʿalta wifādatanā li-ġayrinā). » Nawf peut alors inviter son auditoire à louer Dieu « qui vous a remis à vous-mêmes ce que les Israélites étaient allés demander », expression parfaite de la doctrine de la substitution.

  • 25 Voir Targum Dt 33, 2 (Le Déaut, 1980, p. 282) ; PRE XLI ; Lamentations Rabba III, 1, § 1 ; et le co (...)

72Et comme il arrive souvent, ce discours polémique se greffe peut-être sur une polémique antérieure dont il prend le contre-pied. Israël, dit-on ici, a refusé ce que Dieu lui proposait ; il a donc été écarté et un autre peuple l’a remplacé. Depuis longtemps, le midrash racontait l’inverse. Le grand cantique que Moïse prononça avant de mourir (Dt 33) commence en effet par les mots suivants : « Le Seigneur est venu du Sinaï ; pour eux il s’est levé à l’horizon du côté de Séïr ; il a resplendi depuis le mont de Parân. » Comme si, interprètent les Sages qui lisaient les premiers mots : « en allant vers le Sinaï », avant d’apparaître au Sinaï, Dieu était allé proposer le décalogue aux Édomites (Séïr, Gn 32, 4) et aux Ismaélites (Parân, Gn 21, 21) ; mais les Édomites (entendons : les Romains) et les Ismaélites le refusèrent, les premiers parce qu’ils ne voulaient pas cesser de tuer, les seconds parce qu’ils voulaient continuer à voler25. Désormais, la situation est inversée : ce sont les Fils d’Israël qui refusent et les Fils d’Ismaël prennent leur place.

73Quelques siècles plus tard, al-Rāzī aborde le texte tout autrement. Son esprit sérieux ne fonctionne pas selon cette logique de la polémique où les périodes se télescopent (pas d’avant ni d’après dans le midrash, disait-on), où la concurrence des groupes et des systèmes compte plus que l’attention aux personnes et aux situations (il est plus facile de polémiquer contre « eux » que contre « toi » et même « lui »).

  • 26 Al-Rāzī, commentaire sur VII, 157.

74Qui sont donc ces Israélites qui doivent suivre le prophète de l’islam s’ils veulent bénéficier de la miséricorde divine ? Il n’est pas possible (lā yaǧūz) qu’ils observent les lois et les rites de l’islam tant que Muḥammad n’a pas été envoyé ; on leur demande seulement de croire par avance à sa venue puisqu’elle est annoncée dans la Torah ; pour croire à son annonce dans l’Évangile, ils attendront bien sûr la venue de Jésus. Mais le plus vraisemblable (aqrab), c’est que le texte vise les Israélites qui vivaient au temps du Prophète « car suivre celui-ci avant qu’il soit envoyé et qu’il existe, ce n’est pas possible ; c’est comme si, dans ce passage, Dieu déclarait que les seuls Israélites qui obtiendront miséricorde sont ceux qui, au temps de Moïse, craignent Dieu, s’acquittent de la zakāt et croient dans les preuves (dalāʾil) et ceux qui feront la même chose au temps du Prophète si, en plus, ils suivent ce prophète ummī et sa législation26 ».

75On le voit, al-Rāzī est totalement sorti de la doctrine du « rejet » et de la « substitution ». C’est sans doute pour cela qu’il ne voit pas qu’elle commandait tout le mouvement de la sourate.

***

76Introduire des paragraphes et des alinéas, des interlignes et des sous-titres, dans un texte qui se présente de façon compacte est toujours une intervention lourde, que d’aucuns peuvent estimer injustifiée, voire abusive. Mais c’est aller jusqu’au bout de la lecture ; c’est prendre le texte au sérieux puisque c’est faire le pari qu’il est cohérent, qu’il se déroule selon un projet, qu’il n’est pas un simple agglomérat aléatoire de phrases qu’on peut citer à tout propos et hors de propos.

77Il n’y a d’ailleurs là rien d’original. Un commentateur comme al-Rāzī était lui-même très attentif au naẓm, au tartīb, c’est-à-dire à la façon dont les versets s’enchaînent pour constituer des ensembles cohérents ; et il veillait à ce que le tout soit en harmonie avec ce qu’il appelait l’« axe du Coran » (madār al-Qur’ān), c’est-à-dire les articles fondamentaux du dogme (cf. son commentaire sur VII, 54).

78Avec le couple Écriture/Interprétation, il est apparu que le texte lui-même offre un outil à ne pas négliger. La mise au point sévère concernant la décence pendant le pèlerinage (v. 26-33) est une interprétation halakhique du texte de l’Écriture qui parle d’Adam (v. 19-25), de même que l’annonce de la résurrection (v. 57) est l’explication haggadique classique des textes sur la création (v. 54). Je n’y reviens pas. Quelle est l’efficacité de cet outil pour l’ensemble du Coran ? Ce serait à voir.

79Enfin, prendre au sérieux la rupture stylistique du v. 158 (« Dis : Ô vous les hommes… »), c’était mettre la sourate en rapport avec tout le contentieux judéo-chrétien concernant les conséquences de l’adoration du Veau d’or. Un contentieux dont l’islam hérite (s’agissait-il au viie siècle d’un procès encore vivant, ou déjà pétrifié ?) et qu’il transforme en faisant intervenir un troisième acteur qui change la donne.

80Tâche inépuisable qui consiste à replonger un texte devenu sacré dans son temps (en l’occurrence celui de l’Antiquité tardive, pour reprendre l’expression d’Angelika Neuwirth), un temps qui sera toujours pour nous un « passé reconstitué », ce qui vaut quand même mieux qu’un « passé imaginé ».

81Mais tâche indispensable pour inviter les héritiers que nous sommes à prendre la mesure de ces antiques conflits et à se demander s’ils sont devenus caducs.

Sourate VII, al-Aʿrāf (Les Crêtes)

Réfléchir sur les leçons du passé

  • 27 Vingt-neuf sourates sont introduites par des lettres isolées (muqaṭṭaʿa). Il y a quatorze combinais (...)

82(1) A.L.M.Ṣ.27

  • 28 L’annonce se veut rassurante. Il n’y a pas à craindre ce qui, selon les récits traditionnels, eut l (...)

83(2) Voici une Écriture descendue jusqu’à toi – qu’elle ne mette pas de gêne en ta poitrine28 – : elle est là pour que tu avertisses et comme rappel pour les croyants. (3) Suivez ce qui est descendu jusqu’à vous venant de votre Seigneur, ne suivez pas de maîtres en dehors de lui. Comme vous réfléchissez peu !

84(4) Que de villes nous avons détruites ! Nous leur avons porté un coup pendant le sommeil ou la sieste. (5) Et quand nous leur avons porté un coup, ils n’eurent plus qu’à dire : « Nous nous sommes trompés. » (6) Nous allons donc interroger ceux qui reçurent le message et nous allons interroger les messagers. (7) Nous allons leur faire un récit en connaissance de cause, car nous n’étions pas absent. (8) La pesée, ce jour-là, ce sera la vérité : ceux dont les balances seront lourdes, ceux-là seront les gagnants ; (9) et ceux dont les balances seront légères, ceux-là se seront perdus en se trompant sur nos signes.

Iblīs contre Adam

  • 29 Sur le prosternement des anges devant Adam, voir Introduction. Le Coran fait plusieurs fois allusio (...)
  • 30 Le commentaire d’al-Ǧalālayn fait de bimā une particule introduisant un serment : « Aussi vrai que (...)

85(10) Nous vous avions établis sur la terre, nous y avions mis des vivres pour vous. Comme vous remerciez peu ! (11) Nous vous avions créés, puis nous vous avions modelés, puis nous avions dit aux anges : « Prosternez-vous devant Adam. » Et ils se prosternèrent, sauf Iblīs ; lui ne se prosterna pas29. (12) Il dit : « Qui t’a empêché de te prosterner quand je te l’ai ordonné ? » Il dit : « Je vaux mieux que lui. Tu m’as créé de feu et tu l’as créé d’argile. » (13) Il dit : « Alors descends d’ici. Tu n’as pas à y faire l’orgueilleux. Sors ! Te voilà rabaissé. » (14) Il dit : « Accorde-moi un délai jusqu’au jour où ils seront ressuscités. » (15) Il dit : « Tu as ce délai. » (16) Il dit : « Puisque tu m’as égaré30, je les guetterai sur ta voie droite, (17) puis je viendrai à eux par-devant et par-derrière, à leur droite et à leur gauche. Et tu trouveras que la plupart ne remercieront pas. »

  • 31 Sur la différence avec le récit biblique, voir Introduction.
  • 32 fa-dallāhumā bi-ġurūr : le dalū est un seau pour puiser ; dallā, c’est amener un assoiffé au bord d (...)

86(18) Il dit : « Sors d’ici méprisable et proscrit. Et ceux d’entre eux qui te suivront, je remplirai la géhenne avec vous tous. (19) Et toi Adam, habite le paradis avec ton épouse, mangez de ce que vous voulez, mais n’approchez pas de cet arbre, vous auriez tort. » (20) Et Satan les tenta afin de leur montrer leur sexe qui leur était dissimulé31. Il dit : « Si votre Seigneur vous a interdit cet arbre, c’est uniquement pour que vous ne deveniez pas des anges ou des immortels. » (21) Et il leur jura : « Pour vous je suis un bon conseiller. » (22) De manière illusoire32 il excita leur envie. Quand ils eurent goûté à l’arbre, leur sexe leur apparut et ils se mirent à coudre sur eux des feuilles du paradis. Leur Seigneur les appela : « Ne vous avais-je pas interdit cet arbre ? Ne vous avais-je pas dit que Satan est pour vous un ennemi avéré ? » (23) Ils dirent : « Notre Seigneur, nous nous sommes fait du tort à nous-mêmes. Si tu ne nous pardonnes pas, si tu ne nous fais pas miséricorde, nous serons des perdants. » (24) Il dit : « Descendez, ennemis les uns des autres. Vous aurez sur terre un séjour et des biens pour un temps. » (25) Il dit : « Là vous vivrez, là vous mourrez, de là on vous fera sortir. »

Interpréter le texte sur Adam

  • 33 Une autre lecture décline le mot au manūb, le coordonnant avec les deux compléments précédents : « (...)

87(26) Vous les fils d’Adam, nous avons fait descendre sur vous un vêtement qui dissimule votre sexe et de beaux habits. Le vêtement33 de la crainte [de Dieu], c’est celui-là le meilleur. Ceci concerne les textes de Dieu. Peut-être réfléchiront-ils.

88(27) Vous les fils d’Adam, que Satan ne vous séduise pas comme quand il fit sortir vos parents du paradis, leur arrachant leurs vêtements pour leur faire voir leur sexe. Il vous voit, lui et sa clique, de là où vous ne les voyez pas. Nous avons fait des satans les maîtres de ceux qui ne croient pas. (28) Et quand ils commettent une infamie, ils disent : « Nous avons trouvé que nos pères faisaient ainsi ; c’est Dieu qui nous a ordonné cela. »

89Dis : Dieu n’ordonne aucune infamie. Direz-vous sur Dieu des choses que vous ne connaissez pas ?

  • 34 Litt. « dirigez vos visages en tout lieu de prière ». Waǧh (« visage ») a aussi le sens de « manièr (...)

90(29) Dis : Mon Seigneur a ordonné la juste mesure. Rectifiez vos manières en tout lieu de prière34, invoquez-le en lui rendant un culte purifié. De même qu’il vous a faits une première fois, ainsi vous reviendrez, (30) les uns qu’il aura dirigés, les autres qui auront mérité l’égarement car ils prenaient comme maîtres les satans plutôt que Dieu et se pensaient bien dirigés. (31) Vous les fils d’Adam, mettez vos vêtements de fête en tout lieu de prière. Mangez et buvez sans excès, il n’aime pas ceux qui font des excès.

91(32) Dis : Qui donc a jeté l’interdit sur les vêtements de fête que Dieu a fournis à ses serviteurs et sur les bonnes nourritures ?

  • 35 Les v. 26-33 s’appuient sur l’histoire d’Adam et de son épouse pour abolir une coutume qui avait co (...)

92Dis : Elles sont pour les croyants en cette vie-ci et leur privilège au jour de la résurrection. C’est ainsi que nous interprétons les textes pour des gens qui savent35.

93(33) Dis : Mon Seigneur a jeté l’interdit seulement sur les infamies – celles qui sont visibles et celles qui restent cachées –, sur le péché, sur l’oppression injustifiée, – et [sur le fait] que vous associiez à Dieu des êtres auxquels il n’a remis aucune autorité, et que vous disiez sur Dieu ce que vous ne connaissez pas.

Vers l’enfer ou le paradis

  • 36 Les v. 10-25 ont exposé comment, au début du monde, un mécanisme a été mis en place et va commander (...)
  • 37 Un prophète n’est pas quelqu’un qui quitte son pays pour annoncer un message religieux à des étrang (...)

94(34) À chaque communauté un terme. Quand leur terme est arrivé, ils ne peuvent ni le retarder ni l’avancer d’une heure36. (35) Vous les fils d’Adam, lorsque des prophètes issus de chez vous37 viennent vous réciter mes textes, rien à redouter pour ceux qui ont craint Dieu et se sont corrigés, ils ne seront pas affligés ; (36) mais ceux qui ont contesté nos textes et les ont rejetés par orgueil, ceux-là seront les gens de l’enfer, ils y resteront pour toujours.

  • 38 Le châtiment des pécheurs n’est pas immédiat. La durée et la qualité de vie de chacun étant program (...)
  • 39 Autre lecture : « ils n’en savent rien. » Les « communautés », c’est-à-dire les sociétés qui se suc (...)
  • 40 Cf. Mt 19, 24.

95(37) Qui commet une plus grave erreur que celui qui invente un mensonge sur Dieu ou conteste ses textes ? Ceux-là ont en partage le sort prévu pour eux par écrit38. Mais finalement, quand nos messagers viennent les prendre, ils disent : « Où sont ceux que vous invoquiez à la place de Dieu ? » Ils disent : « Ils nous ont faussé compagnie », témoignant contre eux-mêmes qu’ils ont été incrédules. (38) Il dit : « Entrez en enfer avec les communautés qui vous ont précédés, celles des djinns et celles des hommes. » Chaque fois qu’une communauté entre, elle maudit sa sœur. Et quand ils s’y rejoignent tous, la dernière arrivée dit de la précédente : « Notre Seigneur, voilà ceux qui nous ont égarés, inflige-leur un châtiment double en enfer. » Il dit : « Le double pour tout le monde, mais vous n’en savez rien39. » (39) Et la précédente dit à la dernière arrivée : « Vous n’avez aucun avantage sur nous. Goûtez le châtiment puisque vous l’avez mérité. » (40) Ceux qui ont contesté nos textes et les ont rejetés par orgueil, les portes du ciel ne leur sont pas ouvertes ; ils n’entreront pas au paradis aussi longtemps qu’un chameau ne passera pas par le trou de l’aiguille40. C’est ainsi que nous rétribuons les criminels. (41) Pour eux un lit dans la géhenne et des couvertures par-dessus. C’est ainsi que nous rétribuons ceux qui se trompent.

  • 41 Cf. XV, 47.

96(42) Ceux qui croient et font le bien – nous n’imposons à chacun que ce qu’il peut –, ceux-là sont les gens du paradis, ils y resteront pour toujours. (43) Nous enlevons la rancune qu’ils avaient dans le cœur41 ; les fleuves coulent en-dessous d’eux et ils disent : « Louange à Dieu qui nous a dirigés jusqu’ici. Nous n’étions pas à même de nous diriger si Dieu ne nous avait pas dirigés. Oui, les prophètes de notre Seigneur nous ont apporté la vérité. » On leur annonce : « Voici le paradis dont vous avez hérité grâce à ce que vous avez fait. »

97(44) Les gens du paradis s’adressent aux gens de l’enfer : « Nous constatons que la promesse de notre Seigneur était vraie. Et vous, constatez-vous que la promesse de votre Seigneur était vraie ? » Ils disent : « Oui. » Et au milieu d’eux un crieur proclame : « Malédiction de Dieu sur ceux qui étaient dans l’erreur, (45) qui barraient la route de Dieu, qui la rendaient tortueuse, eux qui niaient la vie future. »

  • 42 La séparation entre les uns et les autres est assurée ici par un rideau (iǧāb) ; en LVII, 13, il s (...)
  • 43 Pour l’identification de ces « gens des crêtes », voir l’Introduction.

98(46) Entre les deux un rideau42. Sur les crêtes (aʿrāf), des hommes qui reconnaissent (ʿaraf) chacun à sa marque. Ils s’adressent aux gens du paradis : « La paix soit sur vous ! » Ils n’y entrent pas alors qu’ils le désirent. (47) Et tournant les yeux vers les gens de l’enfer, ils disent : « Notre Seigneur, ne nous mets pas avec les gens qui étaient dans l’erreur. » (48) Les gens des crêtes43 s’adressent à des hommes qu’ils reconnaissent à leur marque. Ils disent : « Vos réserves ne vous ont servi à rien, ni ce qui faisait votre orgueil. (49) Sont-ce là ceux à qui, le juriez-vous, Dieu ne ferait pas miséricorde ? – Entrez dans le paradis, rien à redouter pour vous, vous ne serez pas affligés. »

  • 44 Cf. la parabole du riche et de Lazare (Lc 16, 19-31). Ici, les damnés demandent un peu d’eau ; on l (...)

99(50) Les gens de l’enfer s’adressent aux gens du paradis44 : « Versez de l’eau sur nous, ou bien de ce que Dieu vous a fourni. » Ils disent : « Dieu a interdit l’un et l’autre aux incrédules (51) qui ont pris leur religion pour un divertissement et un jeu et que la vie du monde a trompés. » Ce jour-là, nous les oublierons tout comme ils ont oublié la rencontre qu’ils devaient faire en ce jour et comme ils refusaient nos textes. (52) Car nous leur avons apporté une Écriture, nous l’avons interprétée avec science, c’était une direction et une miséricorde pour ceux qui croyaient. (53) Attendaient-ils autre chose que sa réalisation ? Le jour où sa réalisation arrive, ceux qui l’ont oubliée auparavant disent : « Effectivement les prophètes de notre Seigneur avaient apporté la vérité. Avons-nous des intercesseurs pour intercéder en notre faveur ? Ou bien qu’on nous renvoie et nous agirons autrement que nous l’avons fait ! » Vraiment ils se sont perdus eux-mêmes et ce qu’ils inventaient leur a faussé compagnie.

Création… et résurrection

  • 45 Le texte propose maintenant (v. 54-93) quelques chapitres de l’« histoire sainte » : la création d’ (...)
  • 46 Autre lecture admise (avec les noms déclinés au marfūʿ) : « Tandis que le soleil, la lune et les ét (...)

100(54) Votre Seigneur45, c’est le Dieu qui a créé les cieux et la terre en six jours, puis a pris place sur le Trône ; il recouvre le jour sous la nuit qui le poursuit avec ardeur ; [il a créé aussi] le soleil46, la lune et les étoiles, qui sont soumis à son commandement. N’est-ce pas à lui de créer et de commander ? Béni soit Dieu, le Seigneur de l’univers.

101(55) Invoquez votre Seigneur humblement et en secret, il n’aime pas ceux qui exagèrent. (56) Ne répandez pas la corruption sur la terre après qu’elle ait été réformée. Et invoquez-le avec crainte et avec désir. La miséricorde de Dieu est proche de ceux qui font le bien.

  • 47 bušran, annonce d’une nouvelle, généralement bonne. Cf. XXX, 46 qui parle de vents mubašširāt (« po (...)
  • 48 Il ne s’agit donc pas seulement de « rappeler » la page bien connue qui expose la création du monde (...)

102(57) C’est lui qui envoie les vents annonciateurs47 de sa miséricorde. Lorsqu’enfin ils se sont chargés de lourds nuages, nous les poussons vers un pays mort, nous y faisons descendre la pluie et nous y faisons sortir toutes sortes de fruits. C’est ainsi que nous ferons sortir les morts. Peut-être réfléchirez-vous. (58) Dans un bon pays, la végétation sort, avec la permission de son Seigneur. Dans celui qui est mauvais, elle ne sort que médiocrement. C’est ainsi que nous expliquons les textes à un peuple qui remercie48.

La succession des prophètes

  • 49 L’histoire de Noé, ici très schématisée, est souvent mentionnée dans le Coran ; la sourate 71 lui e (...)

103(59) Nous avons envoyé Noé vers son peuple49. Il dit : « Ô mon peuple, adorez Dieu, vous n’avez pas de divinité autre que lui. Je redoute pour vous le châtiment d’un grand jour. » (60) Le conseil de son peuple dit : « Nous voyons que tu es manifestement égaré. » (61) Il dit : « Ô mon peuple, je ne suis pas égaré, mais je suis un prophète envoyé par le Seigneur de l’univers. (62) Je vous transmets les messages de mon Seigneur, je vous donne un conseil, et je sais de par Dieu ce que vous ne savez pas. (63) Êtes-vous donc étonnés qu’une leçon de votre Seigneur vienne jusqu’à vous par un homme de chez vous, pour vous avertir, pour que vous craigniez Dieu ? Et peut-être obtiendrez-vous miséricorde. » (64) Mais ils le contestèrent. Alors nous l’avons sauvé, lui et ceux qui étaient avec lui dans le bateau, et nous avons noyé ceux qui avaient contesté nos textes. C’était un peuple aveugle.

  • 50 Dix-huit sourates parlent du peuple des ʿĀd. Il s’agit parfois d’une simple mention dans une liste (...)
  • 51 Cf. XII, 40 ; LIII, 23.

104(65) … et vers les ʿĀd leur frère Hūd50. Il dit : « Ô mon peuple, adorez Dieu, vous n’avez pas de divinité autre que lui. Ne le craindrez-vous pas ? » (66) Le conseil de son peuple – des incrédules – dit : « Nous voyons que tu es stupide, nous pensons que tu es un menteur. » (67) Il dit : « Ô mon peuple, je ne suis pas stupide, mais un prophète envoyé par le Seigneur de l’univers. (68) Je vous transmets les messages de mon Seigneur et je suis pour vous un conseiller fiable. (69) Êtes-vous donc étonnés qu’une leçon de votre Seigneur vienne jusqu’à vous par un homme de chez vous, pour vous avertir ? Souvenez-vous ! Il a fait de vous les successeurs du peuple de Noé et il a augmenté la taille de votre corps. Souvenez-vous des bienfaits de Dieu. Peut-être serez-vous gagnants. » (70) Ils dirent : « Es-tu venu jusqu’à nous pour que nous adorions Dieu seul et que nous abandonnions ce que nos pères adoraient ? Fais venir sur nous ce dont tu nous menaces si tu es véridique. » (71) Il dit : « Que tombent sur vous courroux et colère de par votre Seigneur ! Allez-vous me chercher querelle pour des noms51 que vous et vos pères avez inventés et auxquels Dieu n’a remis aucune autorité ? Attendez donc. Moi, j’attends avec vous. » (72) Lui et les siens, nous les avons sauvés dans notre miséricorde. Et nous avons exterminé jusqu’au dernier ceux qui contestaient nos textes. Ce n’étaient pas des croyants.

  • 52 Les Ṯamūd sont attestés dans l’histoire. En 716 av. J.-C., Sargon II déporta en Samarie plusieurs t (...)

105(73) … et vers les Ṯamūd leur frère Ṣāliḥ52. Il dit : « Ô mon peuple, adorez Dieu, vous n’avez pas de divinité autre que lui. Une manifestation de votre Seigneur est venue jusqu’à vous. Voici la chamelle de Dieu, elle est un signe pour vous. Laissez-la manger sur la terre de Dieu, ne lui faites aucun mal, un châtiment douloureux vous frapperait. (74) Souvenez-vous ! Il a fait de vous les successeurs des ʿĀd et vous a fait une place sur la terre. Vous y élevez des châteaux dans les plaines et vous creusez des maisons dans les montagnes. Souvenez-vous des bienfaits de Dieu et ne vous conduisez pas sur la terre en corrupteurs. » (75) Le conseil de son peuple – des orgueilleux – dit aux malheureux, à ceux d’entre eux qui croyaient : « Êtes-vous sûrs que Ṣāliḥ a été envoyé par son Seigneur ? » Ils dirent : « Nous, nous croyons au message qu’il apporte. » (76) Les orgueilleux dirent : « Nous, nous rejetons ce en quoi vous croyez. » (77) Ils coupèrent les jarrets de la chamelle, rebelles à l’ordre de leur Seigneur, et ils dirent : « Ṣāliḥ, si tu as été envoyé, fais venir sur nous ce dont tu nous menaces. » (78) Et le séisme les surprit : le lendemain matin ils gisaient dans leurs maisons. (79) Il leur tourna le dos et dit : « Ô mon peuple, je vous avais transmis le message de mon Seigneur, je vous avais conseillés, mais vous n’aimez pas les conseillers. »

  • 53 Sur le destin de Loth, neveu d’Abraham, voir la Bible (Gn 13, 10-13 ; 18, 20 – 19, 38). Il apparaît (...)

106(80) … et Loth53. Il dit à son peuple : « Allez-vous faire cette chose abominable que personne dans l’univers n’a faite avant vous ? (81) Vous éprouvez de la passion pour les hommes plutôt que pour les femmes. Vraiment, vous êtes des gens qui abusent ! » (82) Son peuple n’eut rien d’autre à répondre que : « Faites-les sortir de votre ville, ce sont des gens qui jouent les purs. » (83) Nous l’avons sauvé, lui et sa famille, sauf sa femme – elle est restée en arrière –. (84) Nous avons fait pleuvoir une pluie sur eux ! Regarde ce que fut la fin des criminels.

  • 54 Dans la Bible, Madian est un fils d’Abraham par Qetoura (Gn 25, 2), devenu un peuple du nord-ouest (...)
  • 55 C’est la mesure que les notables du « Conseil » de La Mecque prirent contre Muḥammad et ses partisa (...)

107(85) … et à Madian leur frère Šuʿayb54. Il dit : « Ô mon peuple, adorez Dieu, vous n’avez pas de divinité autre que lui. Une manifestation de votre Seigneur est venue jusqu’à vous. Soyez honnêtes dans les poids et mesures, ne lésez les intérêts de personne, ne répandez pas la corruption sur la terre après qu’elle ait été réformée. Voilà ce qui est le mieux pour vous, si vous êtes croyants. (86) Ne vous postez pas sur tous les chemins pour menacer les croyants, leur barrer la route de Dieu et la rendre tortueuse. Souvenez-vous : vous étiez peu nombreux et il vous a multipliés. Et regardez ce que fut la fin des corrupteurs. (87) Si certains d’entre vous croient au message que j’ai apporté et que d’autres n’y croient pas, patientez jusqu’à ce que Dieu juge entre nous. C’est lui le meilleur des juges. » (88) Le conseil de son peuple – des orgueilleux – dit : « Toi Šuʿayb et ceux qui ont cru avec toi, nous te chasserons de notre ville55, ou bien vous allez revenir dans notre religion. » Il dit : « Même contre notre gré ? (89) Mais nous inventerions un mensonge contre Dieu si nous revenions dans votre religion après que Dieu nous en a sauvés. Pas question pour nous d’y revenir, sauf si Dieu notre Seigneur le voulait. La science de notre Seigneur embrasse toute chose, nous faisons confiance à Dieu. Notre Seigneur, tranche entre nous et notre peuple selon la vérité, c’est toi le meilleur de ceux qui tranchent. » (90) Le conseil de son peuple – des incrédules – dit : « Si vous suivez Šuʿayb, vous serez les perdants. » (91) Et le séisme les surprit : le lendemain matin ils gisaient dans leurs maisons. (92) Ceux qui avaient contesté Šuʿayb, ce fut comme s’ils n’avaient pas existé. Ceux qui avaient contesté Šuʿayb, ce furent eux les perdants. (93) Il leur tourna le dos et dit : « Ô mon peuple, je vous avais transmis les messages de mon Seigneur, je vous avais conseillés. Comment me tracasserais-je pour un peuple incrédule ? »

Leçons de l’histoire

108(94) Nous n’envoyâmes aucun prophète dans une ville sans infliger aux habitants adversité et calamité. Peut-être s’humilieraient-ils. (95) Nous changions ensuite le malheur en bonheur, si bien qu’ils ne s’inquiétaient pas et qu’ils disaient : « Nos pères connaissaient déjà bonne et mauvaise fortune ! » Mais nous les frappions tout à coup sans qu’ils l’aient pressenti. (96) Si les habitants des villes avaient cru, s’ils avaient craint [Dieu], nous aurions ouvert pour eux les bénédictions du ciel et de la terre. Mais ils contestaient. Nous les frappions donc puisqu’ils le méritaient. (97) Les habitants des villes étaient-ils assurés que notre coup ne les frapperait pas de nuit pendant qu’ils dormaient ? (98) Les habitants des villes étaient-ils assurés que notre coup ne les frapperait pas le matin pendant qu’ils jouaient ? (99) Étaient-ils assurés contre la ruse de Dieu ? Personne n’est assuré contre la ruse de Dieu – sauf les perdants ! (100) Cela n’aurait-il pas dû éclairer ceux qui héritaient d’un pays après ses premiers habitants, le fait que, quand nous l’avons voulu, nous avons frappé ceux-ci à cause de leurs péchés ? Nous scellions leur cœur et ils n’entendaient pas. (101) Ces villes-là, nous te racontons leur histoire. Leurs prophètes leur apportaient des preuves manifestes, mais ils n’étaient pas à même de croire puisqu’ils contestaient à l’avance. C’est ainsi que Dieu scelle le cœur des incrédules. (102) Pour la plupart, nous ne les avons pas trouvés [fidèles à] l’engagement ; au contraire, nous avons trouvé que la plupart sont des impies.

Moïse et Pharaon

  • 56 Les paragraphes précédents ayant dégagé les constantes de l’histoire, la suite du texte parle de la (...)
  • 57 Selon la Bible (Ex 8, 15), la troisième plaie qui frappa l’Égypte, celle des moustiques, obligea le (...)
  • 58 Massignon a créé le mot « intercision » pour désigner ce supplice, que le Coran mentionne encore en (...)

109(103) Et puis56, après eux, nous avons envoyé Moïse présenter nos signes à Pharaon et à son conseil, et ils ne les comprirent pas. Regarde ce que fut la fin des corrupteurs. (104) Moïse dit : « Ô Pharaon, je suis un prophète envoyé par le Seigneur de l’univers. (105) Je ne dois dire sur Dieu que la vérité. Je suis venu vous apporter une preuve de la part de votre Seigneur. Laisse donc partir avec moi les Fils d’Israël. » (106) Il dit : « Si tu as apporté un signe, présente-le si tu es sincère. » (107) Il jeta son bâton : apparut un vrai serpent. (108) Il retira sa main : elle apparut blanche aux spectateurs. (109) Le conseil – qui était du groupe de Pharaon – dit : « Cet homme est un savant magicien. » (110) – « Il veut vous faire partir de votre pays. Que décidez-vous ? » (111) Ils dirent : « Fais-le attendre avec son frère et envoie dans les villes des émissaires (112) qui t’amèneront tous les savants magiciens. » (113) Les magiciens arrivèrent chez Pharaon. Ils dirent : « Nous aurons une récompense si nous sommes les vainqueurs ? » (114) Il dit : « Oui. Et vous ferez partie de ma cour. » (115) Ils dirent : « Moïse, tu jettes ? Ou est-ce à nous de jeter ? » (116) Il dit : « Jetez ! » Et quand ils jetèrent, ils ensorcelèrent les yeux des gens, ils les effrayèrent, ils déployèrent une magie puissante. (117) Nous déclarâmes à Moïse : « Jette ton bâton. » Et le voici qui avalait leurs supercheries. (118) La vérité fut établie et leurs opérations furent inutiles. (119) Ils furent vaincus sur place et, renversés, se firent petits. (120) Les magiciens furent jetés à terre. (121) Ils dirent : « Nous croyons au Seigneur de l’univers, (122) au Seigneur de Moïse et d’Aaron57. » (123) Pharaon dit : « Vous croyez en lui avant que je vous le permette ! C’est une ruse que vous avez combinée dans la ville pour en faire partir les habitants ! Mais vous allez savoir. (124) Je vais vous couper main et pied opposés58, puis je vais vous crucifier tous. » (125) Ils dirent : « Nous nous tournons vers notre Seigneur. (126) Tu te venges sur nous uniquement parce que nous avons cru aux signes de notre Seigneur quand ils sont venus jusqu’à nous. Notre Seigneur, répands sur nous de la patience et prends-nous avec toi en musulmans. »

  • 59 Ou : « Différenciés, séparés dans le temps ».
  • 60 Les hommes sont partagés entre les grands, les « orgueilleux » (mutakabbirūn) et les faibles, les « (...)

110(127) Le conseil – qui était du groupe de Pharaon – dit : « Vas-tu laisser Moïse et son groupe corrompre le pays et te laisser, toi et tes dieux ? » Il dit : « Nous exterminerons leurs fils et garderons leurs femmes en vie. Ainsi, nous les dominerons. » (128) Moïse dit à son groupe : « Demandez l’aide de Dieu et soyez patients. Le pays appartient à Dieu, il le donne en héritage à qui il veut parmi ses serviteurs, et la fin appartient à ceux qui craignent Dieu. » (129) Ils dirent : « On nous a fait souffrir avant que tu viennes vers nous et depuis ton arrivée. » Il dit : « Peut-être que votre Seigneur détruira votre ennemi et qu’ensuite il vous donnera le pays afin de voir comment vous agirez. » (130) Nous avons infligé aux gens de Pharaon des années de disette et le manque de fruits. Peut-être allaient-ils réfléchir. (131) Mais quand le bonheur leur arrivait, ils disaient : « C’est grâce à nous. » Et si un malheur les atteignait, leurs augures désignaient Moïse et ceux qui étaient avec lui. En réalité, leur seul augure n’est-il pas chez Dieu ? Mais la plupart d’entre eux ne savaient pas. (132) Ils dirent : « Quel que soit le signe que tu nous présenteras pour nous ensorceler, nous ne croirons pas en toi. » (133) Nous avons donc envoyé contre eux déluge, sauterelles, poux, grenouilles, sang – des signes faciles à interpréter59. Mais ils furent orgueilleux, c’était un groupe de criminels. (134) Quand le fléau leur tombait dessus, ils disaient : « Moïse, invoque ton Seigneur pour nous, en vertu de la promesse qu’il t’a faite. Si tu écartes de nous ce fléau, nous croirons en toi et nous laisserons partir avec toi les Fils d’Israël. » (135) Mais quand nous écartions d’eux le fléau – jusqu’à une date qu’ils finiraient par atteindre –, ils se reniaient. (136) Et nous nous sommes vengé d’eux, nous les avons noyés en pleine mer puisqu’ils avaient contesté nos signes sans en tenir compte. (137) Et au groupe des malheureux60, nous avons donné en héritage le pays que nous avons béni, son orient et son occident. Ainsi s’accomplit la belle parole de ton Seigneur aux Fils d’Israël, parce qu’ils ont été patients. Et nous avons détruit ce que Pharaon et son groupe avaient réalisé et construit.

Moïse et les Fils d’Israël : culte du Veau d’or et disgrâce

  • 61 Après la disparition du qawm (« groupe ») de Pharaon, celui de Moïse devient son « peuple » (v. 142 (...)
  • 62 Cf. Ex 24, 18.
  • 63 Dans la Bible, c’est lors de sa deuxième rencontre avec Dieu, c’est-à-dire après la scène du Veau d (...)
  • 64 Qui est désigné par le pronom « vous » ? Qui sont les « impies » ? Selon les réponses, plusieurs in (...)

111(138) Nous avons fait passer la mer aux Fils d’Israël et ils arrivèrent chez un peuple61 attaché à ses idoles. Ils dirent : « Moïse, fais-nous un dieu comme les dieux qu’ils ont. » Il dit : « Vous êtes des ignorants. (139) Ces gens-là, leur façon de faire est vouée à la ruine, leurs œuvres sont vaines. » (140) Il dit : « Vais-je chercher pour vous une autre divinité que Dieu, lui qui vous a préférés au monde entier ? » (141) Nous vous avons sauvés des gens de Pharaon ; ils vous imposaient des travaux forcés pénibles, ils exterminaient vos fils et gardaient vos femmes en vie. C’était là une grande épreuve, suscitée par votre Seigneur. (142) Nous donnâmes rendez-vous à Moïse : trente nuits que nous complétâmes avec dix ; la rencontre avec son Seigneur fut donc de quarante nuits62. Et Moïse dit à son frère Aaron : « Remplace-moi près de mon peuple, veille au bon ordre et ne suis pas la route des corrupteurs. » (143) Quand Moïse vint nous rencontrer et que son Seigneur lui adressa la parole, il dit : « Seigneur, fais-moi voir, et je te regarderai. »63 Il dit : « Tu ne me verras pas, mais regarde la montagne ; si elle reste en place, tu me verras. » Mais quand son Seigneur apparut à la montagne, il la pulvérisa et Moïse tomba foudroyé. Quand il se redressa, il dit : « Gloire à toi ! Je suis revenu à toi et je suis le premier des croyants. » (144) Il dit : « Moïse, en te confiant une mission et en t’adressant ma parole, je t’ai choisi parmi tous les hommes. Prends ce que je te donne et sois de ceux qui remercient. » (145) Sur les Tables, nous écrivîmes pour lui une exhortation sur toute chose et une interprétation de toute chose. « Prends-les avec force et ordonne à ton peuple d’en prendre le meilleur. » Je vais vous montrer la maison des impies64.

112(146) Je vais empêcher ceux qui, sans raison, sont orgueilleux sur terre de percevoir mes signes. S’ils voient quelque signe, ils n’y croiront pas. S’ils voient la bonne route, ils ne la prendront pas. S’ils voient la fausse route, ils la prendront. Cela parce qu’ils auront contesté nos signes et n’en auront pas tenu compte. (147) Ceux qui ont contesté nos signes et la rencontre du Dernier Jour, leurs œuvres ne valent rien. Seront-ils rétribués pour autre chose que ce qu’ils faisaient ?

  • 65 Sur l’affaire du Veau d’or, voir dans la Bible Ex 32 ; Dt 9, 7-21 ; 1 R 12, 26-33 ; Os 8, 5-6 ; Ps (...)
  • 66 Autre lecture avec « Seigneur » au vocatif et le verbe à la 2e personne : in lam taram-nā rabba-nā(...)
  • 67 Une dizaine de fois, le Coran met en garde contre la hâte intempestive qui veut voir les choses adv (...)
  • 68 Dans la Bible, les premières Tables sont brisées (Ex 32, 19) puis remplacées par d’autres que Moïse (...)

113(148) Après le départ de Moïse, son peuple fabriqua un veau65 avec leurs bijoux, un corps capable de mugir. Ne voyaient-ils pas qu’il ne leur parlait pas et ne leur montrait pas le chemin ? En se le fabriquant, ils furent dans l’erreur. (149) Quand ils le regrettèrent et qu’ils reconnurent leur égarement, ils dirent : « Si notre Seigneur ne nous fait pas miséricorde66 en nous pardonnant, nous serons des perdants. » (150) Quand Moïse revint au milieu de son peuple, en colère et furieux, il dit : « Comme vous avez mal agi après mon départ ! Étiez-vous plus pressés67 que la décision de votre Seigneur ? » Il jeta les Tables68, puis saisit son frère par la tête et le tira à lui. Il dit : « Fils de ma mère ! Les gens m’ont jugé faible et ils ont failli me tuer. Ne réjouis pas les ennemis à mon sujet, ne me mets pas avec les gens qui sont dans l’erreur. » (151) Il dit : « Seigneur, pardonne à mon frère et à moi, accueille-nous dans ta miséricorde, tu es le plus miséricordieux de ceux qui font miséricorde. » (152) – « Ceux qui se sont fabriqué le veau connaîtront la colère de leur Seigneur et une situation humiliée en cette vie. C’est ainsi que nous rétribuons ceux qui inventent des mensonges. (153) Et ceux qui ont fait le mal puis, après cela, sont revenus et ont cru… Eh bien, ton Seigneur, après cela, pardonne et fait miséricorde. » (154) Quand la colère de Moïse fut calmée, il prit les Tables, document qui contient direction et miséricorde pour ceux qui redoutent leur Seigneur.

  • 69 Dans la Bible, c’est avant l’affaire du Veau d’or que Moïse et soixante-dix anciens montent rencont (...)
  • 70 Hudnā : la tradition exégétique fait généralement de ce verbe (hāda, yahūdu) un synonyme de tubnā ( (...)
  • 71 En Ex 33, 19, Dieu disait : « Je fais miséricorde à qui je fais miséricorde », ce qui peut être une (...)
  • 72 La réponse de Dieu à Moïse désigne clairement l’islam. Voir l’Introduction.

114(155) Moïse choisit soixante-dix hommes de son peuple pour venir à notre rencontre69. Quand le séisme les surprit, il dit : « Seigneur, si tu l’avais voulu, tu les aurais fait périr auparavant, et moi aussi. Vas-tu nous faire périr à cause d’une action commise par les gens stupides de chez nous ? Ceci n’est qu’une épreuve qui vient de toi pour égarer qui tu veux et guider qui tu veux. Tu es notre maître, alors pardonne-nous et fais-nous miséricorde, tu es le meilleur de ceux qui pardonnent. (156) Inscris de bonnes choses pour nous en ce monde et dans l’autre. Nous, nous sommes devenus juifs70 pour toi. » Il dit : « Avec mon châtiment j’atteindrai qui je veux et ma miséricorde embrasse toute chose. Je l’inscrirai71 en faveur de ceux qui [me] craignent et s’acquittent de la zakāt, de ceux qui croient en nos textes, (157) qui suivent le Messager, le prophète issu du paganisme qu’ils trouvent écrit chez eux dans la Torah et l’Évangile ; il leur ordonne la vertu et leur interdit le vice, il leur déclare que les bonnes choses sont ḥalāl et que les immondes sont ḥarām, il les dégage des obligations et des carcans qui pesaient sur eux72. Ceux qui auront cru en lui, l’auront soutenu, l’auront aidé à vaincre, auront suivi la lumière descendue avec lui, ceux-là seront les gagnants. »

  • 73 Le texte peut alors interrompre le récit des événements du passé pour énoncer le message essentiel (...)

115(158) Dis73 : Ô vous les hommes, je suis le Messager de Dieu pour vous tous, Lui à qui appartient le règne des cieux et de la terre. Il n’y a pas d’autre dieu que lui, il fait vivre et il fait mourir. Croyez en Dieu et en son Messager, le prophète issu du paganisme, qui croit en Dieu et en ses paroles, suivez-le. Peut-être serez-vous bien dirigés.

  • 74 Pour les commentateurs, il s’agit soit d’une tribu qui serait fidèle au message de Moïse sans rien (...)

116(159) Dans le peuple de Moïse il y a une communauté qui se dirige et qui juge selon la vérité74.

Les Israélites dans l’histoire

  • 75 Cf. Coran II, 57-61. On évoque ici trois bienfaits dont bénéficièrent les Israélites pendant leur s (...)

117(160) Nous les avons partagés en douze tribus, en communautés. Et nous avons déclaré à Moïse quand son peuple lui demanda à boire : « Frappe le rocher avec ton bâton. » Il en jaillit douze sources et tous surent où ils devaient boire. Nous leur avons procuré l’ombre de la nuée. Nous avons fait descendre sur eux la manne et les cailles. « Mangez les bonnes choses que nous vous avons fournies. » Ils ne nous ont pas fait de tort, mais ils se faisaient du tort à eux-mêmes75.

  • 76 Cf. II, 58-59 ; IV, 154. Parodie sur le rituel de Kippour (Lv 16), jouant sur la parenté de aṭṭāt (...)

118(161) Et il leur fut dit : « Habitez cette ville et mangez de ce qui s’y trouve là où vous voulez. Dites : “Pardon !” (ḥiṭṭa), franchissez la porte en vous prosternant ; alors nous vous pardonnerons vos péchés et nous comblerons ceux qui font le bien. » (162) Mais ceux qui firent une erreur prononcèrent un mot différent de celui qui leur avait été dit, de sorte que nous avons envoyé sur eux un fléau venu du ciel à cause de leur erreur76.

  • 77 Cf. II, 65-66 ; IV, 47. Selon une légende développée dans les Histoires des Prophètes, voulant véri (...)

119(163) Interroge-les sur la ville située près de la mer. Ils transgressaient la loi du sabbat. Leurs poissons venaient à eux le jour de leur sabbat, la tête dressée ; et en-dehors du jour du sabbat, ils ne venaient pas à eux. Ainsi nous les mettions à l’épreuve à cause de leur impiété. (164) Une communauté d’entre eux dit : « Pourquoi sermonnez-vous des gens que Dieu va détruire ou châtier sévèrement ? » Ils dirent : « Pour avoir une excuse auprès de votre Seigneur et peut-être qu’ils craindront Dieu. » (165) Après qu’ils eurent oublié ce qu’on leur avait rappelé, nous sauvâmes ceux qui s’étaient opposés au mal et nous frappâmes les fautifs d’un châtiment douloureux à cause de leur impiété : (166) après leur rébellion contre l’interdiction qui leur avait été faite, nous leur dîmes : « Soyez des singes exclus !77 »

  • 78 Allusion aux empires qui ont soumis les Israélites depuis Nabuchodonosor jusqu’aux mesures prises p (...)

120(167) Et ton Seigneur annonça qu’il leur enverrait quelqu’un qui leur infligerait un châtiment pénible jusqu’au jour de la résurrection78. Ton Seigneur est certes rapide à punir et il pardonne et fait miséricorde.

121(168) Nous avons dispersé leurs communautés sur la terre. Certains sont justes, d’autres non. Nous les avons mis à l’épreuve du bonheur et du malheur. Peut-être reviendront-ils.

Les Écritures, leurs messages et leur messager

  • 79 Les Juifs qui ont « succédé » aux premières générations sont accusés de rechercher les succès en ce (...)

122(169) D’autres leur ont succédé, héritant de l’Écriture79. Ils profitaient des occasions de ce monde et ils disaient : « On nous pardonnera. » Qu’une telle occasion se présente, ils en profitaient. Mais l’Écriture ne les oblige-t-elle pas, par contrat, à ne dire sur Dieu que la vérité ? Ils ont étudié son contenu : pour ceux qui craignent Dieu, la dernière demeure est préférable – ne le comprendrez-vous pas ? – (170) pour ceux qui s’en tiennent à l’Écriture et qui font la prière. Nous, nous ne négligerons pas la récompense de ceux qui font le bien.

  • 80 Cf. II, 63. Selon Ex 19, 17, les Israélites se tenaient « au bas de la montagne », ce que le midras (...)

123(171) Autrefois, nous avons brandi la montagne au-dessus d’eux comme s’il s’agissait d’un auvent. Ils pensaient qu’elle allait leur tomber dessus. « Prenez fermement ce que nous vous avons donné ! Rappelez-vous son contenu. Peut-être craindrez-vous Dieu80. »

  • 81 De même que les Israélites de tous les temps étaient concernés par l’engagement de leurs ancêtres a (...)

124(172) Autrefois, à partir des fils d’Adam, à partir de leurs reins, ton Seigneur avait fait sortir leurs descendants et les avait pris à témoins contre eux-mêmes : « Ne suis-je pas votre Seigneur ? » Ils dirent : « Bien sûr, nous en sommes témoins81. » Que vous ne disiez donc pas au jour de la résurrection : « Nous n’étions pas au courant de cela. » (173) Ou que vous ne disiez pas : « Avant nous, nos pères étaient polythéistes et nous ne sommes que leurs descendants. Nous feras-tu périr à cause de ce que les imposteurs ont fait ? » (174) C’est ainsi que nous interprétons les textes. Peut-être reviendront-ils.

  • 82 La personne du prophète, restée discrète jusqu’ici (le « toi » du v. 2, les « dis » des v. 28-33 et (...)
  • 83 Litt. « s’en dépouilla », comme un serpent le fait d’une vieille peau. Les commentateurs ont propos (...)
  • 84 La comparaison souligne la vanité des gesticulations du personnage, semblable à un chien dont la so (...)

125(175) Raconte-leur82 l’histoire de celui à qui nous avions donné nos textes, qui les rejeta83 et que Satan poursuivit. Il se fourvoya. (176) Si nous avions voulu, nous l’aurions élevé grâce à eux, mais il resta attaché à la terre et il suivit sa passion. Il était comparable à un chien : tu fonces sur lui, il tire la langue ; tu le laisses, il tire la langue84. Voilà à quoi sont comparables ceux qui contestent nos textes. Mais fais le récit, peut-être réfléchiront-ils. (177) Funeste comparaison pour ceux qui contestent nos textes, mais c’est à eux qu’ils font du tort. (178) Celui que Dieu dirige, c’est lui qui est bien dirigé. Ceux qu’il égare, ceux-là sont les perdants.

126(179) Nous avons produit beaucoup de djinns et d’hommes pour la géhenne : ils ont un cœur et ne comprennent pas, des yeux et ne voient pas, des oreilles et n’entendent pas. Ceux-là sont comme le bétail, et même plus insensés, ceux-là ne tiennent compte de rien.

  • 85 Par exemple en affirmant que les divinités al-Lāt et al-ʿUzza (LIII, 19) portent des noms dérivés d (...)

127(180) Dieu possède les noms les plus beaux, invoquez-le par eux et laissez ceux qui déforment ses noms85, ils seront rétribués pour ce qu’ils auront fait. (181) Parmi ceux que nous avons créés, il y a une communauté qui se dirige et qui juge selon la vérité.

  • 86 En Arabie, les devins traditionnels, attachés généralement à un lieu de culte, prononçaient des ora (...)

128(182) Ceux qui ont contesté nos textes, nous les conduirons peu à peu par où ils ne savent pas. (183) Je prolonge leur vie, mais mon piège est solide. (184) N’ont-ils donc pas réfléchi ? Leur compagnon n’a pas de djinn en lui86, il est seulement un avertisseur manifeste. (185) N’ont-ils donc pas regardé le royaume des cieux et de la terre, tout ce que Dieu a créé, – et que leur terme est peut-être devenu proche ? À quel discours croiront-ils après cela ? (186) Celui que Dieu égare, pas de guide pour lui ; il les laisse se perdre dans leur rébellion.

  • 87 Cf. Mc 13, 22.
  • 88 Al-ġayb, « ce qui est absent, caché », c’est-à-dire les secrets des cœurs et ceux de l’avenir. Cf. (...)

129(187) Ils t’interrogent sur l’Heure : « À quand son arrivée ? » Dis : « Seul mon Seigneur en a connaissance, lui seul la fera paraître en son temps87. Elle pèse lourdement dans les cieux et sur la terre, elle viendra sur vous à l’improviste. » Ils t’interrogent comme si tu étais renseigné. Dis : « Seul Dieu en a connaissance. » Mais la plupart des hommes ne savent pas. (188) Dis : « Je n’ai pour moi ni perte ni profit, sauf ce que Dieu veut. Si je connaissais les choses secrètes88, j’aurais beaucoup de biens et rien de mal ne me toucherait. Mais je ne suis pas autre chose qu’un avertisseur et un annonciateur pour des gens qui croient. »

  • 89 Passage énigmatique. Comme d’autres versets du Coran – par exemple XXI, 78-79 (le jugement de David (...)
  • 90 Cf. Ps 115, 5-7.

130(189) C’est lui qui vous a créés d’un être unique et qui a tiré de lui son épouse pour qu’elle demeure avec lui. Quand il se fut uni à elle, elle porta une charge légère pendant un certain temps ; mais quand elle devint lourde, ils prièrent Dieu leur Seigneur : « Si tu nous donnes un [enfant] bien formé, nous serons reconnaissants. » (190) Et quand il leur eut donné un [enfant] bien formé, ils lui attribuèrent des associés à cause du don qu’il leur avait fait. Mais Dieu est bien au-dessus de ce qu’on lui associe89. (191) Vont-ils associer des êtres qui ne créent rien puisqu’ils sont créés, (192) qui ne peuvent pas les sauver ni se sauver eux-mêmes ? (193) « Si vous les invoquez pour qu’ils vous guident, ils ne vous suivent pas. C’est la même chose pour vous, que vous les invoquiez ou que vous vous taisiez ! (194) Ceux que vous invoquez à la place de Dieu sont des serviteurs comme vous. Invoquez-les, mais qu’ils vous répondent si vous avez raison. (195) Ont-ils des pieds pour marcher ? Des mains pour prendre ? Des yeux pour voir ? Des oreilles pour entendre90 ? »

  • 91 Cf. Coran LXXVII, 39.
  • 92 Indulgence à l’égard des polythéistes abrogée par 9, 4. Autre traduction : « Perçois le surplus » ( (...)
  • 93 On comprend habituellement « les frères des démons » (cf. l’expression en XVII, 27), c’est-à-dire : (...)

131Dis : « Invoquez vos [divinités] associées. Et puis tendez-moi un piège91 et ne me faites pas attendre ! (196) Mon maître à moi, c’est Dieu qui a fait descendre l’Écriture. Lui, il protège les justes. (197) Ceux que vous invoquez en dehors de lui ne peuvent pas vous sauver ni se sauver eux-mêmes. (198) Si vous les invoquez pour qu’ils vous guident, ils ne vous entendent pas. Tu les vois qui te regardent, mais eux ils ne voient rien. » (199) Sois indulgent92, ordonne le bien, évite les ignorants. (200) Si une suggestion de Satan te provoque, cherche refuge en Dieu, il écoute et il sait. (201) Ceux qui craignent Dieu, si un fantôme venu de Satan les touche, ils réfléchissent et aussitôt ils voient clair ; (202) mais leurs frères93, ils les maintiennent dans la fausse route, ensuite ils ne les lâchent plus.

Écouter le Coran

  • 94 Le mot est souligné dans les éditions courantes pour inviter le lecteur à se prosterner lui-même. O (...)

132(203) Quand tu ne leur apportes pas de texte, ils disent : « Pourquoi n’en as-tu pas choisi ? » Dis : « Je suis seulement ce qui m’est inspiré par mon Seigneur. Ceci est un discernement venant de votre Seigneur, une direction et une miséricorde pour des gens qui croient. » (204) Pendant la récitation du Coran, écoutez-le et faites silence. Peut-être vous fera-t-on miséricorde. (205) Fais mention de ton Seigneur en toi-même, humblement et avec crainte, sans parler à haute voix, le matin et le soir. Et ne sois pas négligent. (206) Ceux qui sont auprès de ton Seigneur ne se jugent pas trop grands pour l’adorer. Ils célèbrent sa louange et devant lui se prosternent94.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

ATB : Aggadoth du Talmud de Babylone, Verdier, Lagrasse, 1982.

CdD : Chemins de Dialogue (Marseille).

EI² : Encyclopédie de l’islam, 2e édition.

PRE : Pirqê de-Rabbi Éliézer

RMMM : Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (Aix-en-Provence).

Dictionnaires

Jastrow, Marcus, A Dictionary of the Targumim, the Talmud Babli and Yerushalmi and the Midrashic Literature, 2 vol., New York, Pardes Publishing House, 1950.

Ibn Manẓūr, Lisān al-ʿArab, 7 vol., Beyrouth, Dār Ṣādir, 1997.

Sources anciennes

al-Buḫārī, al-Ǧāmiʿ al-aī, Alger, Šarikat al-Šihāb, 1990 (nous renvoyons au Kitāb et au numéro du chapitre).

Ibn Ḥanbal, al-Musnad, Le Caire, Dār al-fikr, 6 vol.

Ibn Hišām, Al-Sīra al-nabawiyya, Beyrouth, Dār al-Ǧīl, 1971.

Ibn Kaṯīr, Al-Bidāya wa-l-Nihāya, Beyrouth, Dār al-Maʿrifa, 1997.

Al-Ṭabarī, Ta’rī al-Umam wa-l-Mulūk, Beyrouth, Dār al-kutub al-ʿilmiyya, 1991 (3e éd.).

Commentaires du Coran (Ibn Kaṯīr, al-Ṭabarī, al-Rāzī, al-Ǧalālayn) : les éditions étant nombreuses, nous renvoyons au verset commenté.

Flavius Josèphe, Les Antiquités Juives, trad. et notes Nodet, Étienne et coll., Paris, Cerf, 1990.

Midrash Rabba, trad. anglaise sous la dir. de Freedman & Simon, Soncino, Londres, 10 vol., 1961 (3e éd.).

Midraš Rabba (en hébreu et araméen), Tel-Aviv, éd. Yavné, 1967 (11 vol.)

Targum du Pentateuque, trad. R. Le Déaut et J. Robert, Sources Chrétiennes 245, 266, 261, 271, Paris, Cerf, 1978-1980.

La Caverne des Trésors. Les deux recensions syriaques, trad. Su-Min Ri, C.S.C.O., Scriptores Syri 208, Louvain, Peeters, 1987.

Épître de Barnabé, trad. P. Prigent, Sources Chrétiennes 172, Paris, Cerf, 1971.

Études

Bencheikh, Jamel Eddine, « Iram ou la clameur de Dieu. Le mythe et le verset », RMMM 58, 1991, p. 70-81.

Blum, Erhard, « Israël à la montagne de Dieu. Remarques sur Ex 19-24 ; 32-34 et sur le contexte littéraire et historique de sa composition », in de Pury, Albert (éd.), Le Pentateuque en question, Le Monde de la Bible, Labor et Fides, Genève, 1989, p. 272-295.

Bottéro, Jean, La Naissance de Dieu, Gallimard, Paris, 1986.

Briend, Jacques & Seux, Marie-Joseph, Israël et les nations d’après les textes du Proche-Orient ancien, suppl. aux Cahiers Évangile 69, Cerf, Paris, 1989.

Caquot, André, « Les Religions des Sémites occidentaux », in Puech, Henri-Charles (éd.), Histoire des Religions I, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1970, p. 307-358.

Caquot, André, Textes Ougaritiques. I Mythes et Légendes, LAPO 7, Paris, Cerf, 1974.

Déclais, Jean-Louis, « La Tenue d’Adam », Arabica 46, 1998, p. 111-117.

Déclais, Jean-Louis, David raconté par les Musulmans, Patrimoines, Paris, Cerf, 1999.

Déclais, Jean-Louis, « Lecture de la deuxième sourate du Coran », CdD no 24, 2004, p. 13-91.

Gil, Moshe, « The Creed of Abū ʿĀmir », Israel Oriental Studies 12, 1992, p. 9-57 (nouvelle publication in Gil, Moshe, Related Worlds: Studies in Jewish and Arab Ancient and Early Mediaeval History, Ashgate, Aldershot, 2004.)

Gilliot, Claude, « Le Coran, production littéraire de l’Antiquité tardive ou Mahomet interprète dans le “lectionnaire arabe” de La Mecque », RMMM 129, 2011, p. 31-56.

Paret, Rudi, Der Koran. Kommentar und Konkordanz, Stuttgart, Kohlhammer, 2001 (6e éd.).

Pisani, Emmanuel, « Hors de l’Islam point de salut ? Juifs, chrétiens et hétérodoxes dans l’eschatologie d’al-Ghazālī », MIDEO 30, 2014, p. 139-184.

Potin, Jean, La Fête juive de la Pentecôte, Paris, Cerf, 1971.

de Prémare, Alfred-Louis, « Le thème des peuples anéantis dans quelques textes islamiques primitifs. Une vision de l’histoire », RMMM 48-49, 1988, p. 11-21.

de Prémare, Alfred-Louis, Aux origines du Coran. Questions d’hier, approches d’aujourd’hui, L’Islam en débats, Paris, Téraèdre, 2004.

Rubin, Uri, The Eye of the Beholder, Studies in Late Antiquity and Early Islam 5, Princeton, The Darwin Press, 1995.

Simon, Marcel, Verus Israel. Étude sur les relations entre chrétiens et Juifs dans l’empire romain (135-425), Paris, de Boccard, 1974.

Haut de page

Notes

1 Gilliot, 2011, § 7.

2 Ainsi, pour al-Ġazālī, certains « ne sont ni des gens du Paradis, ni des gens de l’Enfer. Au contraire ils se situent entre le Paradis et l’Enfer, à une station placée entre les deux niveaux que la Loi désigne par al-Aʿrāf » (cité par Pisani, 2014, p. 172).

3 de Prémare, 2004, p. 106.

4 « Âya », in EI², I, 796.

5 Si, en arabe, le mot prend finalement le sens de « verset coranique », en hébreu tardif ōt désigne les « lettres » de l’alphabet.

6 Remarquer que, en XXXIV, 15, āya est à entendre au sens de « événement significatif » et que, au v. 19, il peut se comprendre « texte qui rapporte cet événement ». Le mot « évangile » a connu semblable glissement, désignant d’abord une annonce faite par Jésus (Mc 1, 14), puis les livrets qui en conservent le souvenir écrit.

7 La Caverne des Trésors, p. XVII-XXII, 9-11.

8 Cf. Déclais, 1998.

9 Al-Bidāya, I, 620-630. Voir aussi Rubin, 1995, p. 72-75.

10 Ibn Kaṯīr (al-Bidāya, I, 620) rapporte la même scène avec un isnād où figure également ʿAbd al-Malik b. ʿUmayr. Mais il écrit : « Ṣayfī fils du Moine », au lieu de l’inverse.

11 Al-Sīra al-nabawiyya, III, 127-129.

12 Abū ʿĀmir était peut-être un “élu” manichéen qui, en tant que tel, répugnait à mettre la force au service de la religion, cf. Gil, 1992.

13 Tafsīr, in loco.

14 Bottéro, 1986, p. 222.

15 Cf. Jastrow, II, 1241-1242.

16 Voir mes remarques sur « une Écriture en deux temps » (Déclais, 2004, p. 18-20).

17 Caquot, 1970, p. 324. Cf. « Le Poème de Baal et la Mort », in Caquot, 1974, p. 263.

18 Blum, 1989, p. 275.

19 Épître de Barnabé 4, 7-8.

20 Simon, 1974, p. 166-274.

21 Antiquités Juives, III, 99.

22 Exode Rabba XLVI, 1.

23 On en lit également des éléments en Exode Rabba XLI, 7 et Deutéronome Rabba III, 11.

24 Les deux Nawf sont une seule et même personne, à savoir Nawf ibn Yazīd al-Faḍālī al-Ḥimyarī al-Bikālī, un Damascène qui a séjourné à Baṣra.

25 Voir Targum Dt 33, 2 (Le Déaut, 1980, p. 282) ; PRE XLI ; Lamentations Rabba III, 1, § 1 ; et le commentaire de cette tradition dans Potin, 1971, p. 258-9.

26 Al-Rāzī, commentaire sur VII, 157.

27 Vingt-neuf sourates sont introduites par des lettres isolées (muqaṭṭaʿa). Il y a quatorze combinaisons différentes, allant d’une à cinq lettres. Leur signification étant perdue, les uns les considèrent comme des repères utiles pour un classement ; d’autres y ont vu des abréviations de formules pieuses ; d’autres encore ont pensé qu’elles cachent des secrets ésotériques.

28 L’annonce se veut rassurante. Il n’y a pas à craindre ce qui, selon les récits traditionnels, eut lieu lors des premières révélations, quand Muḥammad fut pris d’angoisse et que Ḫadīja le réconforta. Cf. al-Ṭabarī, Ta’rīḫ, I, 531.

29 Sur le prosternement des anges devant Adam, voir Introduction. Le Coran fait plusieurs fois allusion à ce refus d’Iblīs : II, 34 ; XV, 31 ; XVII, 61 ; XVIII, 50 ; XX, 116.

30 Le commentaire d’al-Ǧalālayn fait de bimā une particule introduisant un serment : « Aussi vrai que tu m’as égaré… », ce qui sonne comme un défi plutôt que comme une vengeance.

31 Sur la différence avec le récit biblique, voir Introduction.

32 fa-dallāhumā bi-ġurūr : le dalū est un seau pour puiser ; dallā, c’est amener un assoiffé au bord d’un puits sans eau, donc exciter son envie (Lisān al-ʿArab, s.v.).

33 Une autre lecture décline le mot au manūb, le coordonnant avec les deux compléments précédents : « un vêtement…, de beaux habits et le vêtement de la crainte de Dieu. »

34 Litt. « dirigez vos visages en tout lieu de prière ». Waǧh (« visage ») a aussi le sens de « manière, façon de faire », sens qui convient au contexte qui parle de se vêtir correctement.

35 Les v. 26-33 s’appuient sur l’histoire d’Adam et de son épouse pour abolir une coutume qui avait cours à La Mecque. Les Qurayshites et leurs alliés de la confrérie des « Rigoureux » (les ums) interdisaient aux Arabes « ordinaires » de pénétrer dans l’espace sacré avec leurs vêtements habituels ; ils devaient soit emprunter des vêtements spéciaux aux Rigoureux, soit se mettre nus. Cf. Ibn Hišām, II, 21s.

36 Les v. 10-25 ont exposé comment, au début du monde, un mécanisme a été mis en place et va commander le déroulement de toute l’histoire, à savoir l’inimitié d’Iblīs envers l’homme. Après la digression concernant le rituel du sanctuaire, les v. 34-53 présentent d’emblée la fin de l’histoire ; abandonnés par leurs faux dieux, les hommes de tous les peuples apprennent quelle sera leur destinée éternelle.

37 Un prophète n’est pas quelqu’un qui quitte son pays pour annoncer un message religieux à des étrangers ; il est envoyé à son propre peuple. Voir les v. 63 et 69, et sourate X, 2.

38 Le châtiment des pécheurs n’est pas immédiat. La durée et la qualité de vie de chacun étant programmées dans un écrit (cf. XXXV, 11), elles ne dépendent pas de ses actes, qu’ils soient bons ou mauvais. D’autres comprennent : « Ils auront en partage le sort (éternel) prévu par le Livre (soit le Livre sacré, soit celui où leurs actes sont enregistrés) » ; mais on ne voit pas alors pourquoi la phrase continue avec attā iā (« jusqu’à ce que…, finalement… »).

39 Autre lecture : « ils n’en savent rien. » Les « communautés », c’est-à-dire les sociétés qui se succèdent sur terre, arrivent en enfer les unes après les autres. En vain, chacune cherche à rejeter la responsabilité de ses actes sur celle qui l’a précédée dans l’histoire et lui a donné le mauvais exemple.

40 Cf. Mt 19, 24.

41 Cf. XV, 47.

42 La séparation entre les uns et les autres est assurée ici par un rideau (iǧāb) ; en LVII, 13, il s’agit d’un mur percé d’une porte.

43 Pour l’identification de ces « gens des crêtes », voir l’Introduction.

44 Cf. la parabole du riche et de Lazare (Lc 16, 19-31). Ici, les damnés demandent un peu d’eau ; on leur répond que c’est impossible, qu’ils disposaient autrefois d’une Écriture interprétée avec compétence et qu’il n’est pas question de revenir sur terre pour recommencer sa vie. Dans la parabole évangélique, le riche demande de l’eau ; on lui répond que c’est impossible et qu’il n’est pas nécessaire d’envoyer quelqu’un avertir ses frères encore vivants puisqu’ils ont tout ce qu’il leur faut avec l’Écriture de Moïse et des prophètes.

45 Le texte propose maintenant (v. 54-93) quelques chapitres de l’« histoire sainte » : la création d’abord, puis la succession de cinq prophètes. Avant de passer au long rappel de la mission de Moïse, une conclusion (v. 94-102) tire les leçons de cette histoire : les hommes refusent de croire aux prophètes et ils en subissent les conséquences.

46 Autre lecture admise (avec les noms déclinés au marfūʿ) : « Tandis que le soleil, la lune et les étoiles sont soumis… » (cf. XVI, 12).

47 bušran, annonce d’une nouvelle, généralement bonne. Cf. XXX, 46 qui parle de vents mubašširāt (« porteurs de bonnes nouvelles »). Autre lecture admise : našran, « dispensateur ». En arabe, dit al-Ṭabarī, c’est un bon vent, aux rafales modérées, qui produit des nuages.

48 Il ne s’agit donc pas seulement de « rappeler » la page bien connue qui expose la création du monde en six jours, mais de l’« expliquer » à un public qui s’est mis dans une attitude religieuse et morale convenable (v. 55-56). D’abord en liant le thème de la création et celui du don de la pluie (cf. Coran II, 22 ; XIV, 32 ; XXVI, 60 ; XXXI, 10-11). Ensuite en fondant la foi en la résurrection des morts sur la reconnaissance de la puissance créatrice de Dieu (thème classique dans le judaïsme depuis le 2e siècle av. J.-C., cf. 2 Maccabées 7, 23) et sur le spectacle de la terre desséchée qui refleurit après la pluie (cf. Coran XX, 53-55 ; XXXV, 22-27 ; L, 9-11).

49 L’histoire de Noé, ici très schématisée, est souvent mentionnée dans le Coran ; la sourate 71 lui est entièrement consacrée. Dans la Genèse, Noé est simplement un juste intègre au milieu d’une génération pervertie et il est sauvé pour cette raison. Plus tard, on le décrira comme un prédicateur tentant de corriger ses contemporains (2 Pierre 2, 5 ; F. Josèphe, Antiquités I, 74 ; Talmud b.Sanhédrin 108 a-b [=ATB p. 1159]), rôle qu’il joue également dans le Coran avec le statut de prophète.

50 Dix-huit sourates parlent du peuple des ʿĀd. Il s’agit parfois d’une simple mention dans une liste (« les gens de Noé, les ʿĀd et les Ṯamūd » : IX, 70 ; XIV, 9 ; XXII, 42 ; XL, 31 ; voir aussi XXXVIII, 12 ; L, 12-13 et, sans la mention de Noé, XXV, 38 ; XXIX, 38 ; XLI, 13 ; LXIX, 4), parfois d’une notice plus étoffée. Leur prophète Hūd est nommé dans trois sourates (la VII, la XI qui porte son nom, la XXVI) ; en XLVI, 21, il est simplement désigné comme le « frère des ʿĀd ». Les ʿĀd ne relèvent pas de l’histoire proprement dite, mais de la légende arabe qui voit en eux les « premiers Arabes », de puissants géants à la longévité remarquable (cf. Bencheikh, 1991). Avec le Coran, ils prennent place dans la liste des peuples rebelles à leur prophète, et donc anéantis (cf. de Prémare, 1988).

51 Cf. XII, 40 ; LIII, 23.

52 Les Ṯamūd sont attestés dans l’histoire. En 716 av. J.-C., Sargon II déporta en Samarie plusieurs tribus arabes, parmi lesquelles « les Tamudi » (cf. Briend, Seux, 1989, p. 75). À l’époque romaine, ils sont apparentés aux Nabatéens et font partie de la province romaine d’Arabie. Quand l’islam apparaît ; ils ne sont plus qu’un souvenir, lié aux sites du Wādī al-ʿUlā, à 300 km au N.O. de Médine, en particulier al-Ḥiǧr (actuellement Madā’in-Ṣāliḥ, « les Villes de Ṣāliḥ ») dont les ruines impressionnaient les caravanes (« demeures creusées dans les montagnes », comme à Pétra, cf. v. 74 et XXVI, 149). Il était question d’une affaire de répartition d’eau (cf. XXVI, 155 ; LIV, 28) entre la population et une « chamelle de Dieu » défendue par Ṣāliḥ (peut-être le souvenir de vieux conflits entre nomades et sédentaires). Le Coran inscrit cette affaire dans la liste des rébellions contre les prophètes (XXVI, 141-158 ; XXVII, 45-53 ; LIV, 23-31, etc.) ; le meurtre de la chamelle est puni par l’anéantissement des coupables. Selon Ibn Hišām (V, 201), Muḥammad passa par al-Ḥiǧr lors de l’expédition de Tabūk en 631 ; impressionné par le destin des Ṯamūd, il interdit à ses hommes de boire l’eau du lieu et de s’écarter du groupe ; deux contrevenants payèrent leur imprudence par la peur de leur vie.

53 Sur le destin de Loth, neveu d’Abraham, voir la Bible (Gn 13, 10-13 ; 18, 20 – 19, 38). Il apparaît dans treize sourates, quatre fois pour une simple mention de son nom (VI, 86 ; XXII, 43 ; XXXVIII, 13 ; L, 13), huit fois pour une notice plus ou moins développée (voir en particulier XI, 70-83 ; XV, 57-77 ; XXVI, 160-175) ; la sourate XXVI, 10-12 oppose deux femmes incrédules, celles de Noé et de Loth, à deux femmes croyantes, celle de Pharaon et Marie.

54 Dans la Bible, Madian est un fils d’Abraham par Qetoura (Gn 25, 2), devenu un peuple du nord-ouest de l’Arabie avec lequel Moïse a eu des contacts (Ex 2, 15 ; 18, 1), ce qu’affirme également le Coran (XX, 40 ; XXII, 44 ; XXVIII, 22) qui, en plus, les présente comme un peuple de commerçants malhonnêtes (VII, 73-79 ; XI, 84-95 ; XXIX, 36-37), détruit parce qu’il a rejeté les avertissements de son prophète Šuʿayb. Le nom de Madian est parfois remplacé » par celui d’al-Aïka (XV, 78 ; XXVI, 176 ; XXXVIII, 13 ; L, 14). Prophète de Madian, Šuʿayb sera parfois assimilé à Jéthro, prêtre de Madian et beau-père de Moïse selon la Bible. Chez les Druzes, Moïse et Šuʿayb forment un couple ; le premier transmet le message prophétique, le second en révèle le sens ésotérique.

55 C’est la mesure que les notables du « Conseil » de La Mecque prirent contre Muḥammad et ses partisans. Voir VIII, 30 ; IX, 40 ; XVII, 76-77 ; XLVII, 13 ; LX, 1.

56 Les paragraphes précédents ayant dégagé les constantes de l’histoire, la suite du texte parle de la situation présente. En effet, en surimpression à la figure de Moïse qui affronte d’abord Pharaon et son conseil, puis les Fils d’Israël, se laisse voir celle de Muḥammad rencontrant l’opposition des notables mecquois, puis celle des tribus juives de Médine. Cf. Introduction.

57 Selon la Bible (Ex 8, 15), la troisième plaie qui frappa l’Égypte, celle des moustiques, obligea les magiciens à reconnaître l’intervention du « doigt de Dieu ».

58 Massignon a créé le mot « intercision » pour désigner ce supplice, que le Coran mentionne encore en XX, 71 et XXVI, 49 (condamnation des magiciens convertis) et en V, 33 (condamnation de ceux qui s’opposent à Dieu et à son prophète). Al-Ḥallāǧ le subit en 922.

59 Ou : « Différenciés, séparés dans le temps ».

60 Les hommes sont partagés entre les grands, les « orgueilleux » (mutakabbirūn) et les faibles, les « malheureux » (mustaʿafūn), cf. v. 75. Selon XXVIII, 4, Pharaon a voulu « rendre malheureux » une partie de son peuple, mais ce sont ces malheureux qui, finalement, l’emportent et héritent du pays.

61 Après la disparition du qawm (« groupe ») de Pharaon, celui de Moïse devient son « peuple » (v. 142) et il entre en contact avec un autre peuple.

62 Cf. Ex 24, 18.

63 Dans la Bible, c’est lors de sa deuxième rencontre avec Dieu, c’est-à-dire après la scène du Veau d’or, que Moïse fait cette demande (Ex 33, 18) et il reçoit trois réponses distinctes et juxtaposées : on ne peut voir Dieu, mais on peut recevoir sa miséricorde ; on ne peut le voir tant qu’on est vivant ; on peut constater son passage « de dos », c’est-à-dire après coup. Ailleurs (Dt 5, 23-27), les Israélites disent avoir vu la gloire de Dieu et avoir entendu sa voix, mais, ne voulant plus courir ce risque, ils délèguent Moïse pour les représenter devant Dieu. Le midrash en déduit qu’ils avaient auparavant demandé à voir Dieu (Exode Rabba, XXIX, 4 ; XLI, 3) et le Coran (II, 55 ; IV, 153) inclut cette demande dans la liste des péchés d’Israël.

64 Qui est désigné par le pronom « vous » ? Qui sont les « impies » ? Selon les réponses, plusieurs interprétations de la phrase sont possibles. Elle peut être une menace : Soyez fidèles au contenu des Tables, [sinon] vous les Israélites, vous verrez en quoi consiste le sort des impies ! Ou bien une annonce de l’avenir : Maintenant que vous avez reçu les Tables, je vais vous emmener dans le pays des impies, soit ceux qui occupent le pays de Canaan, soit le pays de Pharaon lui-même. Al-Ṭabarī connaît ces trois possibilités et préfère la première. Au lieu de sa-ūrīkum (« je vais vous montrer »), une variante signalée par R. Paret et qu’al-Rāzī connaît (sa-ūriukum, « je vais vous faire hériter ») était peut-être une façon de faciliter la compréhension d’un texte difficile (cf. XXI, 105). – On peut aussi rattacher la phrase au v. 146 ; le « vous » désigne alors les auditeurs du Coran et les « impies » sont les Israélites : Venez que je montre ce que les Israélites ont osé faire. Quoi qu’il en soit, les v. 146-147 sont une introduction solennelle à l’affaire du Veau d’or.

65 Sur l’affaire du Veau d’or, voir dans la Bible Ex 32 ; Dt 9, 7-21 ; 1 R 12, 26-33 ; Os 8, 5-6 ; Ps 106, 19-23 ; Ne 9, 18 ; Ac 7, 39-41 et dans le Coran les allusions en II, 51-54. 92 et IV, 153 et le récit plus développé de XX, 85-99 où le Sāmirī (c’est-à-dire le Samaritain, cf. Os 8, 5-6) est responsable de la fabrication de l’idole.

66 Autre lecture avec « Seigneur » au vocatif et le verbe à la 2e personne : in lam taram-nā rabba-nā (« si tu ne nous fais pas miséricorde, ô notre Seigneur »).

67 Une dizaine de fois, le Coran met en garde contre la hâte intempestive qui veut voir les choses advenir avant leur temps ; il utilise toujours le verbe à la 10e forme dérivée istaʿǧala (cf. XVI, 1, etc.) Ici, le verbe est à la forme simple (ʿaǧiltum), ce qui permet peut-être un clin d’œil ironique en direction du « veau » (ʿiǧl, mot qui désignait le veau tout jeune et ses cabrioles dans la plupart des langues sémitiques). Ici, Moïse reproche aux Israélites de n’avoir pas eu la patience d’attendre la fin des quarante jours (cf. XX, 86), ou plus exactement de n’avoir pas supporté les dix jours supplémentaires (cf. v. 142) que Dieu avait « décidé » d’ajouter de sa propre autorité.

68 Dans la Bible, les premières Tables sont brisées (Ex 32, 19) puis remplacées par d’autres que Moïse fabrique lui-même (Ex 34, 1.28). Ici, elles sont jetées, puis ramassées (v. 154).

69 Dans la Bible, c’est avant l’affaire du Veau d’or que Moïse et soixante-dix anciens montent rencontrer Dieu (Ex 24, 9-11). Ici, ils y vont après, pour présenter des excuses officielles et demander pardon, cf. Coran II, 55-56. Dans l’Exode, Moïse et les soixante-dix se trouvent avec Aaron et ses deux fils Nadab et Abihou : « Ils virent le Dieu d’Israël… Sur ces privilégiés des Fils d’Israël, il ne porta pas la main. » La phrase laisse entendre qu’il y avait un risque. Le midrash explique que les deux fils avaient mérité la mort pour avoir regardé Dieu avec indiscrétion et que Dieu en différa l’exécution (Lv 10, 1-2) pour ne pas endeuiller la fête du don de la Loi (Nombres Rabba XV, 24). Ici, la mort frappe tout le groupe sans attendre mais, disent les Histoires des Prophètes, ils retrouvèrent la vie peu après.

70 Hudnā : la tradition exégétique fait généralement de ce verbe (hāda, yahūdu) un synonyme de tubnā (« nous sommes revenus, nous nous sommes repentis »), ce qu’il peut être effectivement. Mais, employé une dizaine de fois dans le Coran, il y signifie toujours « appartenir au judaïsme » (cf. II, 62 ; IV, 46, etc.). La forme même du nom Yahūd, dérivé de l’hébreu Yehūda (« judéen, juif »), invitait à créer un verbe hāda, yahūdu, « être juif », ce qui permettait d’ailleurs un jeu de mots entre les deux acceptions du terme. Il n’est pas indifférent que, en cet endroit de la sourate, Moïse présente comme des « Juifs » ceux pour qui il implore le pardon de Dieu.

71 En Ex 33, 19, Dieu disait : « Je fais miséricorde à qui je fais miséricorde », ce qui peut être une affirmation renforcée (je fais vraiment miséricorde) ou une réponse évasive (je ferai miséricorde à qui je voudrai). Le Targum choisissait cette deuxième possibilité : « Je ferai miséricorde à qui est digne de miséricorde. » Ici, la décision est d’ores et déjà prise par écrit ; le judaïsme a failli et c’est à la communauté musulmane que Dieu accorde sa miséricorde.

72 La réponse de Dieu à Moïse désigne clairement l’islam. Voir l’Introduction.

73 Le texte peut alors interrompre le récit des événements du passé pour énoncer le message essentiel de la sourate : le Prophète de l’islam s’adresse à tous les « hommes », à la différence de ses prédécesseurs qui étaient envoyés à « leur peuple » (cf. les v. 59, 65, 73, 80, 85). Reste à parler de ce que le « peuple de Moïse » est devenu.

74 Pour les commentateurs, il s’agit soit d’une tribu qui serait fidèle au message de Moïse sans rien modifier, soit du groupe des Juifs qui ont accepté l’islam (cf. III, 113. 119), ce qui convient bien au v. précédent.

75 Cf. Coran II, 57-61. On évoque ici trois bienfaits dont bénéficièrent les Israélites pendant leur séjour au désert. 1) Moïse fait jaillir de l’eau avec son bâton (Ex 17, 5-6 ; Nb 20, 1-13) ; auparavant on avait trouvé une oasis avec douze sources (Ex 15, 27) et le Targum en déduisait que chaque tribu disposait de sa source ; le verset coranique combine ces trois données. – 2) Une nuée servait à la fois de rideau protecteur et de guide (Ex 13, 21 ; Nb 9, 15-23 ; Ps 105, 39 ; Sg 10, 17). – 3) La manne et les cailles assurèrent la nourriture (Ex 16 ; Nb 11, 4-7.31-34). La conclusion abrupte du verset suppose connue l’attitude des Israélites qui se plaignent et regrettent l’Égypte (Ex 16, 2-3 ; Nb 11, 4-6 ; Ps106, 13-15 ; Coran II, 61).

76 Cf. II, 58-59 ; IV, 154. Parodie sur le rituel de Kippour (Lv 16), jouant sur la parenté de aṭṭāt (en hébreu « sacrifice pour obtenir le pardon ») et de iṭṭa (en arabe « pardon », en hébreu « blé »). Un hadith en rapporte une version plus acerbe : « L’Envoyé de Dieu a dit : On avait dit aux Israélites : “Franchissez la porte en vous prosternant et dites : Pardon ! Vos péchés seront pardonnés.” Mais ils modifièrent. Ils franchirent la porte en se traînant sur les fesses et en disant : “Un grain sur le poil !” » (Buḫārī, aī, Kitāb al-anbiyāʾ, XXVIII ; Ibn Ḥanbal, Musnad II, 318, dans la aīfa de Hammām b. Munabbih).

77 Cf. II, 65-66 ; IV, 47. Selon une légende développée dans les Histoires des Prophètes, voulant vérifier l’obéissance des Israélites, Dieu fit en sorte que les poissons restent loin du rivage toute la semaine et s’en approchent le jour du sabbat. À la longue certains se décidèrent à en capturer et furent victimes de la colère divine. Voir Déclais, 1999, p. 249-270.

78 Allusion aux empires qui ont soumis les Israélites depuis Nabuchodonosor jusqu’aux mesures prises par Muḥammad contre les tribus juives de Médine.

79 Les Juifs qui ont « succédé » aux premières générations sont accusés de rechercher les succès en ce monde alors que l’Écriture dont ils ont hérité devait les en dissuader. Cf. XIX, 59 : c’est le comportement habituel de ceux qui vivent après les prophètes.

80 Cf. II, 63. Selon Ex 19, 17, les Israélites se tenaient « au bas de la montagne », ce que le midrash comprend « en-dessous de la montagne », celle-ci menaçant de retomber sur eux s’ils refusaient de s’engager. Ce verset clôt toute l’histoire de Moïse et de son peuple par le rappel de l’engagement solennel qui avait été pris au départ et qui n’a pas été tenu.

81 De même que les Israélites de tous les temps étaient concernés par l’engagement de leurs ancêtres au Sinaï, ainsi tous les fils d’Adam étaient symboliquement présents dès le début de l’histoire humaine pour confesser le monothéisme. Ceci fournit une transition pour revenir au sujet traité dans les premiers versets de la sourate, Adam au départ de l’histoire universelle (v. 10-25).

82 La personne du prophète, restée discrète jusqu’ici (le « toi » du v. 2, les « dis » des v. 28-33 et 158), est très présente dans la fin de la sourate. Malgré les oppositions, il est là pour rappeler aux hommes l’engagement primordial qui les constitue vraiment hommes et les distingue de l’animalité (cf. v. 179).

83 Litt. « s’en dépouilla », comme un serpent le fait d’une vieille peau. Les commentateurs ont proposé plusieurs noms pour identifier le personnage : le Balaam biblique (Nb 22–24), Umayya b. Abī l-Ṣalt, le poète de Ṭā’if, ou encore Abū ʿĀmir dit « le Moine ». Voir Introduction. Dans le contexte, il s’agit de quelqu’un qui n’a pas pris au sérieux les textes de Dieu ; c’est un avertissement à l’intention des lecteurs ou auditeurs de la sourate.

84 La comparaison souligne la vanité des gesticulations du personnage, semblable à un chien dont la soif n’est jamais étanchée.

85 Par exemple en affirmant que les divinités al-Lāt et al-ʿUzza (LIII, 19) portent des noms dérivés de Allāh et al-ʿAzīz.

86 En Arabie, les devins traditionnels, attachés généralement à un lieu de culte, prononçaient des oracles inspirés par leur djinn-partenaire. Muḥammad voulut se démarquer d’eux et rompre avec le paganisme ancien. Cf. XXXIV, 46 ; LII, 29 ; LXVIII, 2 ; LXIX, 42 ; LXXXI, 22.

87 Cf. Mc 13, 22.

88 Al-ġayb, « ce qui est absent, caché », c’est-à-dire les secrets des cœurs et ceux de l’avenir. Cf. VI, 50 ; XI, 31. Dieu seul les connaît : IX, 94.105 ; XIII, 9 ; LXXII, 26.

89 Passage énigmatique. Comme d’autres versets du Coran – par exemple XXI, 78-79 (le jugement de David et de Salomon dans l’affaire qui opposait un agriculteur et un berger) ou XXXVIII, 44 (l’astuce qui permit à Job de tenir son serment sans brutaliser sa femme) –, il suppose connue une certaine légende : Adam et Ève ont donné des noms théologiquement corrects à leurs premiers enfants, ʿAbdallah et ʿUbaydallah ; mais ceux-ci sont morts en bas âge. Satan leur suggère alors d’appeler le troisième ʿAbd al-Ḥarṯ (ou Ḥāriṯ) et de les mettre ainsi sous sa protection. Ce faisant, seraient-ils devenus polythéistes ? La question embarrassait les premiers commentateurs, certains estimant que donner un nom n’implique pas pratiquer un culte, d’autres supposant que le texte parle de parents d’une époque postérieure. Voir Introduction.

90 Cf. Ps 115, 5-7.

91 Cf. Coran LXXVII, 39.

92 Indulgence à l’égard des polythéistes abrogée par 9, 4. Autre traduction : « Perçois le surplus » (cf. II, 219), disposition abrogée par l’institution de la zakāt.

93 On comprend habituellement « les frères des démons » (cf. l’expression en XVII, 27), c’est-à-dire : Quand les hommes sont des frères de démons (et non des gens qui « craignent Dieu »), les démons les égarent et ne les lâchent plus.

94 Le mot est souligné dans les éditions courantes pour inviter le lecteur à se prosterner lui-même. On trouve la même rubrique en XVII, 107 ; XIX, 58 ; XXXII, 15 ; XXXVIII, 24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Déclais, « « Une écriture dont les textes sont interprétés » », MIDÉO, 31 | 2016, 131-179.

Référence électronique

Jean-Louis Déclais, « « Une écriture dont les textes sont interprétés » », MIDÉO [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://mideo.revues.org/783

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Déclais

IDÉO (Institut dominicain des études orientales)

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • Revues.org