Navigation – Plan du site
Recensions

Yahya Ibn ʿAdi, L’homme des perfections

Emilio Platti
p. 293-295
Référence(s) :

Yahya Ibn ʿAdi, L’homme des perfections. Édition, traduction, index et étude de Marie-Thérèse Urvoy, Paris, Les Éditions du Cerf.

Texte intégral

1Il est sans aucun doute méritoire de la part du professeur M.-Th. Urvoy d’avoir fourni aux lecteurs la première traduction en langue occidentale de ce traité exceptionnel appartenant au patrimoine médiéval de la culture arabe. Il a été écrit par un chrétien, Yaḥyā ibn ʿAdī, maître éminent de l’école philosophique de Bagdad au dixième siècle, « le maître chrétien de la philosophie morale arabe », tel qu’il est mentionné en sous-titre. Il est temps en effet qu’un plus large public en dehors de cercles académiques restreints se rende compte de l’apport immense des intellectuels arabes chrétiens au temps de la grandeur de la civilisation arabe.

2Une édition savante de ce traité, connu sous le titre Tahīb al-alāq, avec traduction anglaise, a été éditée en 2002 par le professeur Sidney H. Griffith de Washington, sous le titre The Reformation of Morals (Provo-Utah, Brigham Young University Press), dans la collection Eastern Christian Texts. Le lecteur attentif sera certainement surpris de lire, page xxxi, une référence à la monographie éditée par Marie-Thérèse Urvoy heretofore the only translation of it into a Western language. L’édition que nous avons sous les yeux n’est en effet pas la première ; un travail analogue a été publié il y a plus de vingt ans par Marie-Thérèse Urvoy : Traité d’éthique d’Abû Zakariyyâʾ Yahyâ Ibn ʿAdi : Introduction, texte et traduction (Études chrétiennes arabes), Paris, Cariscript, 1991 ; avec une préface de Gérard Troupeau.

3L’édition Urvoy se base sur une ancienne publication du texte arabe, éditée par Murād Fuʾād Ǧaqqī à Jérusalem en 1930, alors que celle de Griffith reprend le texte de l’édition critique de Samir Khalil Kussaim, Yayā ibn ʿAdī (893974) : Tahīb al-alāq, Beirut, Cedrac, 1994. Le nombre d’éditions de ce texte important du patrimoine arabe dépasse la vingtaine, et certains éditeurs plus anciens attribuent ce traité à des auteurs musulmans tels que al-Ǧāḥiz (m. 868) ou même Ibn al-ʿArabī (m. 1240). La question de l’attribution de l’ouvrage au chrétien Yaḥyā ibn ʿAdī semble pourtant désormais close, suite aux travaux du père Samir, même si l’ouvrage ne correspond pas tout à fait à ce qu’on connaît par ailleurs de cet auteur, philosophe et théologien polémiste. Mais le fait que ce traité ait pu être attribué à des auteurs musulmans est la preuve que des musulmans se trouvent tout-à-fait à l’aise avec ce texte, qui ne laisse pas transparaître une appartenance communautaire religieuse particulière. Urvoy, p. 72, va jusqu’à dire que « nous sommes en présence d’une morale purement laïque (…), tout étant immanent ». Ce qui pourrait bien être un peu exagéré ; dans ce traité, l’universalisme humaniste est en effet fondé sur la présence en l’âme raisonnable de l’être humain de « la parure de la puissance divine », comme le montre le texte que nous citons plus loin.

4Urvoy, suivie de Griffith, examine les sources indirectes du traité que sont la tradition arabe avant l’islam, la tradition persane des conseils aux princes et surtout la tradition philosophique grecque. Et ils en arrivent à la conclusion qu’il s’agit bien d’une œuvre originale, qui intègre, dans une synthèse propre, des données plus anciennes, telles que les trois facultés distinctes de l’âme qu’on retrouve dans la tradition platonicienne : l’âme appétitive, l’âme irascible et l’âme raisonnable. Tout ceci se retrouve d’ailleurs dans une analyse récente de l’ouvrage par Gerhard Endress dans Philosophie in der Islamischen Welt. Band 1. 8.-10. Jahrhundert (ed. Ulrich Rudolph & Renate Würsch), Basel, Schwabe Verlag, 2012, p. 314 et 323‒4.

5Au cœur du traité se trouve la caractéristique de l’être humain d’être doué de pensée réfléchie et de discernement. Ce qui lui permet de discerner lui-même ce qui est bien ou mal, pour ensuite agir librement d’une façon la plus noble, en s’éloignant des défauts et des vices, que Yaḥyā énumère et décrit assez longuement dans ce traité. Urvoy, dans son introduction (p. 22), souligne très justement qu’il en est tout autrement dans la morale coranique : « L’homme moral n’est pas celui qui possède une vertu acquise », et « la vie morale n’est pas l’épanouissement dans les vertus, avec une nature douée de raison », la vertu islamique est en effet « l’état d’une âme dépouillée d’elle-même dans ses actes d’obéissance » (p. 23). On se rappellera ici comment Ibn ʿAdī a réfuté la théologie ashʿarienne affirmant que Dieu seul est créateur de l’acte humain et qu’on ne peut attribuer à l’homme une quelconque « créativité » ; ce qui implique que l’homme ne fait qu’acquérir la responsabilité de l’acte humain que Dieu seul a créé. Une référence au traité de Yaḥyā sur l’Iktisāb (l’acquisition de l’acte), aurait certainement eu sa place dans l’introduction.

6Pour Ibn ʿAdī, c’est par sa faculté (ou âme) raisonnable que l’homme se distingue de tous les autres animaux, et c’est par elle qu’il peut maîtriser ses deux autres puissances, l’appétitive et l’irascible, pour accéder à la perfection de l’homme parfait (insān tāmm ou kāmil). Pour mieux comprendre le statut de l’humain et l’universalité de l’humanité qui est visée, basée sur la raison, on aura tout avantage à considérer le passage suivant (page 225) qui caractérise les qualités de l’homme parfait et dont Griffith souligne l’importance (page xi) : « Il faut également, pour qui aime la perfection, habituer son âme à aimer tous les hommes, les affectionner, avoir compassion, clémence et miséricorde pour eux. Car les hommes forment une seule famille (qabīl : Griffith traduit correctement par tribe - tribu, préférable à “espèce”, d’après Urvoy) ; (les hommes) ont la même origine, et l’humanité (al-insāniyya) les rassemble : la parure de la puissance divine (ilyat al-quwa al-ilāhiyya) est en eux tous et dans chacun d’entre eux : c’est l’âme raisonnable. (…) L’homme, en réalité, est l’âme raisonnable (huwa al-nafs al-ʿāqila). Elle est une substance unique (ǧawhar wāid) dans tous les hommes ; tous les hommes, en réalité, sont une seule chose et ce ne sont que les personnes qui sont multiples. »

7C’est sur ce point crucial de son exposé que Ibn ʿAdī adhère à la tradition éthique de l’antiquité et de ceux parmi les philosophes arabes qui en sont les continuateurs, comme l’indique Gerhard Endress (Philosophie, p. 324), et plus longuement, Urvoy, dans l’introduction (p. 34‒65). On reconnaît d’ailleurs dans le texte cité l’influence néoplatonicienne dans l’emploi du terme ǧawhar - substance, tel qu’il se présente ici (al-nafs al-ʿāqila wa-hiya ǧawhar wāid fī ǧamīʿ al-nās wa l-nās kulluhum bi-l-aqīqa šayʾ wāid). Même si l’édition Urvoy vise le grand public, il est clair que la lecture d’un texte pareil n’est pas aisée, même avec cette longue introduction !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilio Platti, « Yahya Ibn ʿAdi, L’homme des perfections », MIDÉO, 31 | 2016, 293-295.

Référence électronique

Emilio Platti, « Yahya Ibn ʿAdi, L’homme des perfections », MIDÉO [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://mideo.revues.org/1261

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • Revues.org