Skip to navigation – Site map
Recensions

Michael Cook, Ancient Religions, Modern Politics: The Islamic Case in Comparative Perspective

Maurice Borrmans
p. 260-267
Bibliographical reference

Michael Cook, Ancient Religions, Modern Politics: The Islamic Case in Comparative Perspective, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2014, 541 pages.

Full text

1« Pourquoi l’Islam joue-t-il, dans la politique contemporaine, un rôle plus important que celui des autres religions ? Existe-t-il dans le patrimoine islamique quelque chose qui porte les musulmans, vraisemblablement plus que les adeptes des autres religions, à recourir à leur islam dans la vie politique ? S’il en est ainsi, de quoi s’agit-il ? » À ces questions à lui posées par un document des Presses de l’Université de Princeton, Michael Cook, par ce livre, « cherche à répondre en examinant le rôle de l’Islam, de l’Hindouisme et du Christianisme (Latino-américain) dans la vie politique moderne, en donnant une importance spéciale à la valeur essentielle – ou non – de leurs patrimoines respectifs dans les problèmes sociaux et politiques contemporains ». Bien connu comme professeur de Sciences du Moyen-Orient à l’Université de Princeton, Michael Cook est l’auteur de Commanding Right and Forbidding Wrong in Islamic Thought et de A Brief History of the Human Race, tout comme il est le rédacteur en chef de The New Cambridge History of Islam. Selon ce qu’en dit l’éditeur, l’auteur « jette un regard comparatif, en profondeur, sur l’identité politique, les valeurs sociales, les attitudes belliqueuses, le rôle de la religion dans les divers domaines de la culture et l’idée qu’on s’y fait de la politique ». Le lecteur peut trouver en ce livre, aux dires de Martin E. Marty, « le produit d’une énorme érudition et d’une grande subtilité », car « les connaissances de Cook sont vastes, sa compréhension en est profonde et le traitement de leurs sources s’avère impartial ». Et, selon Christophe Jaffrelot, « il utilise une quantité impressionnante de données et les traite méticuleusement selon leur clé d’interprétation ». Comme l’avoue Andrew F. March, l’auteur de Islam and Liberal Citizenship, l’ouvrage « est à la fois soucieux du détail et panoramique en même temps. Il témoigne d’un long cheminement fait de connaissance et d’érudition, tout en étant audacieux dans sa volonté de poser des questions et d’y répondre. Riche en l’usage de ses sources et convaincant en ses argumentations, il devrait être lu par beaucoup et donc exercer une influence méritée. »

2Contentons-nous donc d’une brève présentation des trois principales sections de ce livre qui illustre, à sa manière, l’orientalisme contemporain. La 1ère section, Identity traite du juste concept de « nation » aujourd’hui, « largement adopté dans le monde non-européen ». Est-il « particulier et universel », et donc « identifiable en termes politiques (ethnic en anglais) et non religieux » ? De fait, « exporter le concept européen d’identité politico-ethnique à de telles régions, c’est aussi y engendrer des conséquences non-européennes ». Le ch. 1 a pour titre Islam and identity (3‒52) et commence ainsi : « Le monde islamique traditionnel ne manque pas d’identités politico-ethniques, et celles-ci ont eu leur importance dans l’histoire de la région ; mais comme il apparaît clairement de l’examen que l’on peut faire des nombreux siècles de l’histoire de l’Islam, des attitudes y ayant prévalu ne leur donnaient pas la même importance qu’elles conféraient à l’identité religieuse. » Les titres suivants expriment l’essentiel des recherches en ce domaine : jusqu’où donc l’identité politico-ethnique est-elle associée avec la modernité et l’identité religieuse avec l’Islam ? Les voici : Pre-modern ethnic identity : Turks and Trojans ; Pre-modern identity : the Islamic factor ; Eighteenth-century identity politics ; Pre-modern Muslim identity : formation and decay ; The residue of Muslim identity on the eve of modern times ; Modern ethnic and Muslim identity : expectations ; Modern ethnic and Muslim identity : realizations ; Muslim identity and geopolitics. En conclusion, nonobstant le fait que « les identités ethniques ont toujours été des identités politiques dans le monde islamique » et le fait qu’« une émergence du nationalisme dans le monde islamique moderne doit aussi être observée », M. Cook pense néanmoins que, « dans les conditions modernes actuelles, quoique brutalement confrontée au paradigme nationaliste, l’identité musulmane a donné la preuve d’être suffisamment souple et résistante pour bénéficier paradoxalement du rapide développement des moyens de communication : cette réapparition d’une antique solidarité islamique a rendu possible certains épisodes de mobilisation transnationale […], témoin en est le fait que des majorités de musulmans s’identifient d’abord et surtout comme musulmans plutôt que comme citoyens de leurs propres pays. »

3Le ch. 2, Hinduism and identity (53‒122), entend analyser la situation du sub-continent asiatique indien où, « tandis que le Pakistan est musulman à 97 % et le Bangladesh à 83 %, le recensement de 2001 révèle que les musulmans n’y représentent que 13,4 % de la population, le reste de celle-ci étant décrite comme hindoue, en un certain sens ». Que dire alors de l’Inde et de son identité ? Les titres suivants donnent le détail des enquêtes de M. Cook à ce sujet : The weakness of pre-modern ethnic and Hindu identity ; Aspects of Hindu coherence ; Modern ethnic and Hindu identity ; Rallying Hindus against Muslims ; What are the Hindu nationalists ? Et voici les conclusions que l’auteur en tire : « Au cours des millénaires de son histoire, l’Inde s’est acquise une certaine vague unité. Ce n’était pas une unité politico-ethnique, quoique ses divisions politico-ethniques fussent au moins relativement superficielles. Et ce n’était pas non plus une unité religieuse : il n’y avait aucun sens aigu de ce qui est hindou et de ce qui ne l’est pas. En effet, l’idée véritable de ce qui est hindou était d’origine étrangère. Cependant, un certain nombre de pratiques religieuses – par exemple, la vénération des Vedas et le culte de Rama – était largement répandu dans le subcontinent […] C’est ici que les nationalistes indiens-hindous ont offert une voie pour édifier un pont au-dessus du vide supposé existant sous la forme d’un nationalisme culturel qui exalte le patrimoine religieux du pays […] Ils n’ont donc aucun problème pour accueillir volontiers dans leur mouvement, avec de telles lettres de créance, les non-hindous, qu’ils soient jaïns, bouddhistes ou sikhs, peut-être même “bons musulmans”, bien que ceci soit assez rare et même contesté. » Le ch. 3, Catholicism and identity in Latin America (123‒158), en ses dernières conclusions, démontre qu’« en long et en large le catholicisme et l’identité politique n’agissent pas fortement l’un sur l’autre » dans ce continent. Tels y sont les titres des enquêtes effectuées par l’auteur : The Virgin of Guadalupe ; High expectations ; Low realizations ; Explaining the gap. Pour M. Cook, « il semble clair que le catholicisme ne joue aucun rôle signifiant dans la constitution de l’identité politique en Amérique latine […] Même au Mexique, l’identité politique ne fut pas au centre même des mouvements de la droite catholique appelés Cristiada et Sinarquisme ; encore moins en a-t-il été pour le mouvement qui a retenu plus particulièrement notre attention, la “théologie de la libération”. Cette conclusion par la négative a donc quelque chose à nous dire. Tout d’abord, que les problèmes de l’identité politique n’accompagnent pas toujours invariablement la condition humaine : certains peuples les éprouvent, d’autres ne les connaissent pas […] Ensuite, que les religions ne sont pas forcément toutes des véhicules également aptes à s’articuler avec l’identité politique. Certaines le sont toujours, d’autres peuvent l’être sous l’effet de circonstances spécifiques. Le catholicisme combine plus particulièrement son manque intrinsèque d’identité politico-ethnique chrétienne avec une organisation ecclésiastique qui a sans doute une dimension internationale mais n’engendre pas pour autant une plus vaste identité politique. »

4La 2e section, Values, s’avère être la plus importante : « Il nous faut, dit l’auteur, longuement considérer les valeurs elles-mêmes et leur importance dans le contexte de la modernité. » Le ch. 4, Society (165‒214) cherche à « identifier l’actif et le passif dont disposent les trois patrimoines religieux par rapport à l’identité politico-ethnique ». Qu’en est-il des fondateurs ? Bouddha et Jésus « sont tous deux considérés par leurs disciples comme des rois, en un certain sens […], mais ils n’en ont jamais exercé les prérogatives durant leur mission terrestre. Muḥammad, au contraire, fut le fondateur d’un État en même temps que d’une religion. » Suivant alors le vocabulaire idéologique typiquement occidental, l’auteur pense que « la doctrine des conservateurs est une combinaison de hiérarchie et de solidarité […], celle des gauchistes est une combinaison d’égalité et de solidarité […], et celle des libéraux une combinaison d’égalité et d’individualisme. » Dans quelle mesure les trois religions sont-elles liées à ces idéologies, spécialement à travers ce qu’en disent leurs élites ? À ce sujet, « le parallélisme s’avère, naturellement, assez imparfait. D’abord, l’égalitarisme musulman ne s’applique pas à tous tant qu’ils sont […] Ensuite, cet égalitarisme envisage un plus haut degré de solidarité que celui qui peut être rejoint dans l’ensemble libéral des valeurs européennes. » Le ch. 5, Warfare (215‒248) affirme en sa conclusion : « Parmi les trois fondateurs des religions ici envisagées, Muḥammad est le seul à avoir recouru à la guerre pour faire triompher sa cause […] Au contraire, ni l’hindouisme ni le christianisme ne lui ressemblent en cela […] Une illustration de ce contraste se trouve être dans les conceptions divergentes quant au martyre à la guerre. » En conséquence, « tout cela a fini par mettre le patrimoine islamique dans une position remarquable. D’un côté, les musulmans qui trouvent que le ǧihād est, d’un point de vue ou d’un autre, un sujet embarrassant n’ont pas manqué de fournir tout un ensemble de discours apologétiques à son sujet […] D’un autre côté, les musulmans qui sont disposés à s’engager à la violence militaire contre les autres trouvent dans le ǧihād la parfaite charte en faveur du ǧihādisme même. » Le ch. 6, Divine Jealousy (249‒308), explique comment cette jalousie est mise au défi. Deux point doivent ici être considérés : « le degré de pression quant à adopter un élément donné d’une culture étrangère […], la mesure dans laquelle les héritiers du patrimoine pré-moderne sont finalement engagés à le maintenir ou à le restaurer », car « plus la divinité est jalouse, moins on peut attendre d’elle qu’elle encourage des accommodements avec les civilisations étrangères ». De fait, « l’unique exemple le plus significatif à ce sujet est bien l’utopie de l’idée de restauration de la Loi islamique, projet islamiste qui rassemble une adhésion populaire toujours plus étendue. Nul projet analogue n’exerce un effet comparable dans l’imaginaire des hindous ou des chrétiens. » Le ch. 7, Polity (309‒360) semble être une réponse à cette question : « Comment les politico-ethniques valeurs modernes (liberté, égalité, fraternité) sont-elles en relation avec les trois pré-modernes traditions religieuses avec lesquelles nous avons à faire ? » En conclusion l’auteur pense que, « dans une certaine mesure, mais seulement dans une certaine mesure, les politiques du monde musulman ont suivi le même modèle (de l’Europe). Au lieu et place du modèle de royauté qui était pratiqué à la veille des temps modernes, nous avons maintenant une prédominance de républiques et une scène politique qui englobe des nationalistes, des fascistes, des gauchistes et des partisans du libéralisme. Dans son ensemble, le monde musulman, tout comme le monde au sens large, a été puissamment modelé par ces valeurs modernes. Mais, dans le monde musulman, nous trouvons aussi un autre genre de politique, celle qui s’appelle “islamisme” et qui désire restaurer le califat. Et la différence entre celle-ci et la forme républicaine, c’est que le califat s’enracine à l’intérieur même de la tradition islamique […] Une république peut sans doute être une institution “séculière” (“laïque”), tandis que le califat ne peut pas l’être. Ce n’est pas une institution moderne et, comme tel, il n’a pas de plausibilité géopolitique, mais il n’en donne pas moins une puissante charge affective à l’idée d’une politique spécifiquement musulmane. »

5C’est en fonction de ces dernières conclusions que la 3e section, Fundamentalism, se présente comme la partie la plus importante du livre. Selon « l’approche minimale » de l’auteur, quand « les traditions religieuses ne se trouvent pas à l’aise dans le monde moderne, elles peuvent réagir à leur malaise d’une manière flexible (ce que font les modernistes) ou d’une manière inflexible (ce que font les fondamentalistes) ». Mais ces derniers « peuvent exprimer leur refus de tout compromis selon deux modalités que l’on appellerait “l’option à contre-courant” et “l’option dans le sens du courant” […] Traduites en langage populaire, l’option à contre-courant est proprement le fondamentalisme religieux tandis que l’autre option, dans le sens du courant, est le “conservatisme religieux”. » C’est avec ces catégories en tête que M. Cook considère « le rôle joué par le fondamentalisme dans les formes modernes de l’Islam, de l’Hindouisme et du Catholicisme latino-américain ». Le ch. 8, Islam and fundamentalism (377‒398), est des plus documentés à ce sujet. Pour l’auteur, « en termes formels, la tradition islamique se prête volontiers à la “fondamentalisation”. Il s’y trouve une claire conception d’un “canon” – le Coran et le adī – qui se tient en dehors de tout le reste de la tradition, car il s’agit d’une révélation divine, antérieure dans le temps, laquelle est particulièrement liée au prophète Muḥammad. Qui plus est, l’idée qu’on peut en appeler à ce “canon” pour contester les prétentions à l’autorité de personnages postérieurs est très ancienne, c’est même une tendance fondamentaliste qui est pleinement intrinsèque à la tradition […] Rien d’étonnant, alors, si nous découvrons que les islamistes déploient une remarquable tendance à leur fondamentalisme. Celui-ci peut sembler inconsistant et même désordonné, mais nul ne peut mettre en question le fait que les islamistes, comme l’affirme Mawdūdī, soient des “amoureux de l’Islam en sa pureté primordiale” […] S’agissant alors de l’identité, le fondamentalisme œuvre à promouvoir la dimension politique de la fraternité musulmane, tout en qualifiant d’entreprises démoniaques celles des ennemis externes et même internes de l’Islam. » Le ch. 9, Hinduism and fundamentalism (399‒430), dispose d’une conclusion des plus claires : « Nonobstant l’apparition occasionnelle du terme “fondamentalisme hindou”, il n’y a rien qui corresponde à cela dans l’Inde d’aujourd’hui. D’un côté, cela est surprenant. En termes formels, édifier un fondamentalisme hindou serait un projet relativement honnête […] L’échec du fondamentalisme hindou en son emprise trouve son explication en la forme de sa tradition et non point en sa substance […] Les nationalistes hindous, en leur opportunisme, ont tendance à se comporter comme des conservateurs plutôt que comme des fondamentalistes. Ils ont besoin de la vache sacrée, du culte de Rama et des rassemblements de masse pour renforcer le théâtre de la politique. » Le ch. 10, Latin American Catholicism and fundamentalism (431‒441), est des plus courts et s’achève comme suit : « Quoique christianisme et fondamentalisme aillent bien ensemble, catholicisme et fondamentalisme s’excluent raisonnablement l’un l’autre. Ce que nous constatons dans le cas de la “théologie de la libération” n’est rien d’autre, en fait, qu’une motivation fondamentaliste isolée, celle d’un rôle privilégié attribué aux pauvres […] Ce motif fondamentaliste étant mis à part, les partisans de cette “théologie” peuvent bien mieux être décrits comme modernistes, dévoués qu’ils sont à un Dieu moderne et non point jaloux et en conflit aigu avec les “conservateurs”. Après tout, le fondamentalisme religieux n’a pas plus joué de rôle politique en Amérique latine qu’il n’en a joué chez les hindous. »

6L’Afterword de l’auteur (443‒462) semble être une nouvelle approche de la dernière observation faite à la fin de la 3e section : « Pour la plus grande partie de l’histoire moderne du monde musulman, et pour beaucoup de musulmans aujourd’hui, et sans aucun doute pour demain, les choses ne sont pas plus différentes (de celles qui arrivent en Europe, en Asie et en Amérique). Ce n’est que dans les dernières décennies qu’un islamisme profondément marqué par le fondamentalisme a fait irruption comme réel contestataire politique. Auparavant, le monde musulman ne semblait pas diverger beaucoup du reste des pays non européens. Mais le phénomène est maintenant si remarquable chez la plupart des populations musulmanes de par le monde qu’il y constitue une exception sérieuse au modèle normalement admis. Comme tel, il demande donc qu’on l’explique, et il y a, comme d’habitude, plusieurs manières de le faire. La question qui a motivé le présent livre est celle-ci : pourquoi un modèle divergent devrait-il apparaître ainsi dans le monde musulman, à la différence des autres populations non européennes ? » Looking back, M. Cook est obligé de reconnaître qu’« il y a un demi-siècle on conjecturait largement que, dans le monde moderne, la religion était appelée à disparaître. C’était là une conjecture audacieuse mais nullement stupide […] Or, un demi-siècle plus tard, il est clair que cette conjecture était fausse en tant que généralisée à toute l’humanité. Le massif “revival” islamique suffit à lui-même pour la réfuter. » L’auteur s’efforce « de démonter ce complexe phénomène en des éléments plus acceptables et de trouver des parallèles non islamiques pour chacun d’eux en retour ». Selon lui, « le premier de ces éléments est aussi le plus répandu : un accroissement de religiosité partout où un grand nombre d’humains recourent à la religion sans pour autant être impliqués dans l’activisme politique […] Le second consiste dans l’expansion actuelle du rôle de l’Islam en politique. Ce qui est également complexe, car cela comporte trois dimensions : la politique de l’identité musulmane, la politique des valeurs sociales islamiques et la politique de l’État islamique […] Quant au troisième et dernier élément du “revival”, c’est l’apparition du ǧihādisme. Non point en tant que les organisations ǧihādistes recourent aux armes pour faire triompher leur cause, mais en tant qu’elles entendent par-là remplir un devoir qui fait partie de leur patrimoine religieux […] Cette combinaison de traits qui caractérisent le “revival” islamique comme un tout est donc un fait unique » et, disons même, contradictoire : « D’un côté, les musulmans entendent ainsi défier l’Occident, expulser les troupes américaines loin des pays musulmans et préserver leur culture islamique en maintenant les valeurs occidentales en dehors du monde islamique. De l’autre, ils favorisent puissamment ces valeurs occidentales que sont la démocratie, la liberté de religion, la liberté d’expression et un ordre mondial régi par des lois internationale. » Telle est l’étrange situation que M. Cook s’essaie d’analyser en toutes ses manifestations à la fois contrastées et opposées.

7C’est alors que looking ahead, il s’interroge pour savoir quand « l’islamisme perdra vraisemblablement son pouvoir d’attraction », convaincu qu’il est que « les idéologies, en particulier, ont une demi-vie plus courte que celle des religions ». Quelles sont alors les diverses possibilités qu’il envisage ? « La première et la plus simple serait que les choses continuent presque mieux qu’elles n’aient été depuis la fin de la guerre froide […] Une seconde possibilité serait que les islamistes l’emportent, accèdent au pouvoir dans la plupart des pays du monde musulman (et, s’ils n’adaptent pas leurs buts et leurs méthodes à l’environnement démocratiques, ils voudront) établir des régimes autoritaires et y mettre à l’abri leur pouvoir et leur patronage pour un long temps. Cela leur procurerait naturellement une presque irrésistible opportunité de se discréditer eux-mêmes en abusant de leur pouvoir aux dépens de ceux qui leur sont soumis et en suscitant ainsi une désillusion généralisée parmi eux […] Une troisième possibilité serait que l’Islam vienne à changer d’une manière qui en réduirait significativement le profil politique. Une idée qui aurait quelque référence à l’Occident en ce sens que l’Islam connaîtrait une réforme semblable à celle du christianisme protestant, ce qui permettrait aux idées libérales d’y fleurir enfin […] Une quatrième possibilité serait qu’un nouveau système “séculier” (laïque) en matière de foi y occupe la place laissée vide par la disparition du marxisme. Les intellectuels musulmans doivent être capables d’adopter les voies de l’Occident moderne sans en apparaître pour autant les collaborateurs éhontés et de s’opposer à la puissance de l’Occident sans en apparaître pour autant les contestataires attardés. » Étrangement, M. Cook ajoute une autre possibilité, « celle que nous pourrions appelée le “modèle catholique”, quelque chose qui emprunterait les lignes d’évolution du catholicisme au cours des cent cinquante dernières années ». Naturellement, comme le dit M. Cook en conclusion, c’est aux musulmans qu’il incombe de décider de leur avenir, mais tous ceux qui sont engagés dans le dialogue interreligieux aujourd’hui ont intérêt à prendre acte de ses analyses pertinentes et de ses propositions constructives : tout ce qu’il dit ici, et il convient de l’en remercier, quant aux identités politiques diversifiées, aux valeurs sociales contrastées et aux relations très variées entre religion, culture et politique en pays musulmans, dans le sub-continent indien et dans l’Amérique latine, constitue un dossier des plus riches et un traité d’études comparatives qui ne peuvent qu’éclairer les voies parfois difficiles du dialogue interculturel et interreligieux aujourd’hui.

Top of page

References

Bibliographical reference

Maurice Borrmans, « Michael Cook, Ancient Religions, Modern Politics: The Islamic Case in Comparative Perspective », MIDÉO, 31 | 2016, 260-267.

Electronic reference

Maurice Borrmans, « Michael Cook, Ancient Religions, Modern Politics: The Islamic Case in Comparative Perspective », MIDÉO [Online], 31 | 2015, Online since 14 April 2016, connection on 29 June 2017. URL : http://mideo.revues.org/1027

Top of page

Copyright

Institut Dominicain d'Études Orientales

Top of page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • Revues.org